Volker Finke – Lions Indomptables : « Au Cameroun un sélectionneur n’a jamais les mains libres ! »

Volker Finke, ancien sélectionneur des Lions indomptables du Cameroun | DR
Volker Finke, ancien sélectionneur des Lions indomptables du Cameroun | DR

Volker Finke ancien entraineur de l’équipe nationale du Cameroun a accordé une interview le dimanche 8 novembre 2015, à la chaine de télévision canal2 internationale.

Volker Finke n’est plus le sélectionneur de l’équipe nationale fanion de football du Cameroun depuis le 30 novembre 2015, c’est donc logique qu’il prenne des libertés quant à certaines déclarations. Cela est d’autant plus compréhensible qu’une certaine opinion estime qu’il a été limogé sans élégance et qu’il y aurait suffisamment de motifs pour intenter un procès au Cameroun. C’est donc un Volker Finke aux traits tirés visiblement fatigué qui a été reçu sur le plateau de Canal2. Dans l’entretien exclusif qu’il a accordé au journaliste Bouba Ngomena, l’ancien coach des Lions Indomptables a usé de l’esquive et de l’art d’éluder les questions par exemple lorsqu’on lui a demandé d’expliquer la débâcle des Lions à la dernière coupe du monde,  il révèle que : « l’entourage de Lions était pollué par exemple je savais que la délégation allait voyager seulement avec les joueurs, mais j’ai constaté que les membres de la délégation amenait leurs familles…il faut préparer l’équipe avec les joueurs parce que c’est les joueurs qui gagnent le match. C’est pour cela qu’il faut dire aux membres du staff qu’ils sont là uniquement au service de l’équipe et des joueurs et pour gagner les joueurs doivent être dans un bon environnement ». L’allemand estime en outre qu’on lui a imposé à chaque déplacement de nouveaux visages dans la délégation, des gens dont la présence ne se justifiait pas au sein de la délégation « j’ai vite compris que la coupe du monde c’est beaucoup d’argent et chacun veut sa part ». souligne-t-il.  Au sujet de la sélection des joueurs, Volker Finke dit tout haut ce que les observateurs avertis de la scène footballistique savent, notamment qu’au pays de Roger Milla, les sélectionneurs n’ont pas les mains libres : « lors de la coupe du monde au Brésil, sur les 23 joueurs retenus, il n’y en avait 12 que je ne contrôlais pas à chaque fois que je déposais mes listes à la Fécafoot, elles étaient modifiées. Entre la liste que je déposais et celle qui était publiée, il y avait parfois de grosses différences ». Ainsi donc un sélectionneur explique qu’il ne connaissait pas la moitié de son effectif à l’occasion d’une phase finale de la coupe du monde. Sous d’autres cieux, cette révélation aurait suscité des vagues de démissions et d’explication au sein de la Fecafoot, mais chez nous, c’est la triste réalité. Alors comment attendre des résultats dans un tel contexte ?

© CAMERPOST par Hakim ABDEKADER

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz