Visite officielle en Italie : Paul Biya ponctue un séjour gagnant à Rome

Fructueuse visite que celle que vient d’effectuer le président Paul Biya à Rome, où le couple présidentiel camerounais a eu droit à un programme hyper chargé bouclé du 20 au 23 mars 2017, et enrichi des rencontres au sommet avec le président et le Premier ministre italiens, une consécration à l’Université de Rome Tor Vergata, des escales à l’Assemblée et au Sénat italien, en sus du Forum économique à la fois bénéfique pour les opérateurs économiques camerounais et italiens. Reconnaissons-le, rarement une visite présidentielle aura été aussi pratique et pragmatique, efficace et efficiente.

Trois jours ! C’est le temps record qu’aura duré la visite prolifique du président Paul Biya à Rome. En trois jours, pourtant, la coopération entre l’Italie et le Cameroun a gravi plusieurs échelons permettant d’affirmer qu’elle est passée de bonne à excellente. Du palais du Quirinal où l’a reçu par deux fois le président italien, Sergio Mattarella, à la visite rendue au Président du Conseil italien, la visite concrète du chef de l’Etat camerounais en Italie a permis de renforcer les liens de coopération étroits qui unissaient jusque-là Yaoundé et Rome. D’un trait, Paul Biya a eu des entretiens approfondis avec les principaux acteurs de la politique italienne. Devrait-on en douter ? Le Président Biya a rencontré le must institutionnel qui chapeaute l’Italie : le Président du Conseil et les Présidents de la Chambre des Députés et du Sénat. Avec chacun des gladiateurs de la politique romaine, la coopération bilatérale entre Rome et Yaoundé a gagné en hauteur. Toutefois, la dimension diplomatique du séjour de Paul Biya en Italie n’a pas occulté les aspects de son importance économique. Bien au contraire. Un accent particulier y a été mis, par Paul Biya lui-même, au four et au moulin, dans son rôle de Commercial-en-chef, VRP et porte-parole de l’imposante délégation des opérateurs économiques camerounais qui l’accompagnait à Rome. On a vu le chef de l’Etat inciter les investisseurs italiens à faire des placements sécurisés au Cameroun, dans des domaines diversifiés et bénéfiques. «Le Cameroun est un pays stable, a-t-il dit. Venez investir au Cameroun, s’il y a des problèmes, nous sommes disposés à vous accompagner ».

Paul Biya prenait ainsi part au Forum économique organisé en partenariat avec la Confédération générale de l’industrie italienne (CONFINDUSTRIA) créée en 1910 et regroupant pas moins de 116 000 entreprises avec 4 200 000 salariés. C’est devant cette Confédération que le président Biya a entretenu les hommes d’affaires sur les performances et les indicateurs de l’économie camerounaise, les atouts et les opportunités d’investissement dans notre pays : un taux de croissance autour de 5%, une inflation maîtrisée autour de 3% et ce, malgré une conjoncture internationale et sécuritaire défavorable liée à la chute des cours du pétrole et la baisse des prix des matières premières. En parfait érudit, Le chef de l’Etat a décrit le climat des affaires au Cameroun dont il a précisé qu’il « s’est considérablement amélioré au cours de ces dernières années, grâce aux actions menées dans les domaines de la gouvernance, des réformes structurelles et de la promotion d’un cadre incitatif pour les investissements ». En vantant les mérites du Cameroon Business Forum présenté comme une sphère de dialogue entre le secteur public et le secteur privé, il a tenu à rassurer le patronat italien déjà représenté au Cameroun par les sociétés Ferrero et Pizzarotti sur la bataille livrée contre la corruption et les détournements des deniers publics, en sus d’une confiance accrue au Cameroun présenté comme un bon risque et une importante terre d’attractivités, doublée d’un havre de paix, propice aux affaires. « C’est rare de trouver un pays qui a un gouvernement en place depuis plus de 30 ans. C’est le cas du Cameroun, a-t-il ajouté ».

Forum rentable et bénéfique

Le Forum économique Cameroun-Italie tenu le 22 mars dernier à Rome, en prélude à la Conférence ministérielle de Rome, prévue en mai prochain, dans le cadre de l’initiative Italie/Afrique, a donné aux opérateurs économiques des deux pays d’avoir des entretiens concrets et de nouer des négociations B2B sous l’encadrement des ministres de la délégation camerounaise. Ainsi, la partie camerounaise a pu présenter des opportunités d’investissement aux hommes d’affaires italiens dans les domaines du bois, de la peau et du cuir et dans l’agro-industrie. Les retombées et joint-ventures sont attendues dans les prochains jours. Quelqu’un qui n’a pas attendu longtemps pour recevoir sa médaille d’or, c’est le président Paul Biya, l’hôte de l’Université de Rome Tor Vergata, socle intellectuel de référence planétaire et centre de formation de nombreux étudiants camerounais dans les domaines de l’économie, de la médecine et de l’ingénierie. Le président de la CRUI et le recteur de l’Université de Rome Vergata ont salué les nombreuses contributions du président Paul Biya pour le développement et la promotion de la culture et de l’éducation, à travers la bouche du directeur de la Chaire Unesco de ladite université à qui incombait la tâche de brosser à grands traits les réalisations du président Paul Biya par la création des ministères des Arts et de la Culture, et de l’Enseignement supérieur, la tenue des Etats généraux de l’éducation en 1996 et la réforme universitaire de 1993 qui a donné naissance à 8 universités d’Etat aujourd’hui et à plus de 100 établissements privés d’enseignement supérieur. L’organisation à une fréquence régulière des festivals des arts et de la culture, la mise en place de deux fonds de soutien à la politique culturelle et à la recherche universitaire… Le récipiendaire, Paul Biya, soulignait que cette médaille honore le peuple camerounais tout entier. Pour lui, le Cameroun va continuer à promouvoir la culture et l’éducation pour mieux asseoir le «vivre-ensemble» de tous les Camerounais.

 Par Valentin Xavier Pountou,

Politiste et internationaliste

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz