Visite du couple présidentiel au Vatican : Paul Biya et les papes, une belle histoire d’entente et de bénédictions

Paul Biya et les papes, une belle histoire d’entente et de bénédictions | Ph. © PRC

Comment doit-on interpréter l’intérêt diplomatique, éthique et religieux de la visite que vient d’effectuer le couple présidentiel du Cameroun dans la Cité du Vatican en mars 2017, en plein carême ?

Bien heureux qui, comme le président Paul Biya et son épouse, la Première dame, Mme Chantal Biya sont régulièrement invités par le Saint-Père au Saint-Siège, au Vatican. C’est ce qui s’est encore passé le 24 mars dernier lorsque le couple présidentiel camerounais a eu l’honneur d’être reçu par sa Sainteté le pape François, moins connu sous le patronyme de Jorge Mario Bergoglio, l’ancien Archevêque de Buenos Aires, la capitale d’Argentine, devenu le 265e successeur de l’apôtre Pierre, l’un des « Douze » du Christ. Assis face à face, il ne fait aucun doute que l’entretien entre Paul et François ait porté sur l’actualité dans le monde, sur les zones de ries en Afrique et sur l’actualité brulante au Cameroun, notamment l’amenuisement de la guerre contre la secte islamiste Boko Haram et la gestion des réfugiés qui vivent par milliers en territoire camerounais, et pas seulement. La question anglophone a meublé les échanges, tout autant que le président Biya a réitéré sa position de Rome, la veille 23 mars, en affirmant la disponibilité de son Gouvernement à négocier sur tous plans avec les leaders et les membres de la revendication anglophone, sauf à remettre en question l’unité du Cameroun sous les auspices d’une quelconque sécession. Sur ce point, le Président Biya reste constant et immuable, « Le Cameroun est un et indivisible. » Autrement dit, la souveraineté autant que l’intégrité territoriale du Cameroun ne se négocient pas. La majorité des Camerounais sont d’avis avec le président de la République sur cette clause d’indivisibilité du pays.

Pareillement, le chef de l’Etat camerounais et le saint patron de toute l’Eglise catholique romaine ont certainement dû évoquer la signature de l’accord-cadre sur le statut juridique de l’Eglise catholique entre le Cameroun et le Saint-Siège. Paraphé le 13 janvier 2014 à Yaoundé ledit accord établit la reconnaissance de la personnalité juridique de l’Eglise catholique et des institutions ecclésiastiques au Cameroun, autant qu’il fixe à bon escient le cadre juridique des rapports étroits qui existent entre l’Eglise et l’Etat. Est-il besoin de rappeler que les relations bilatérales entre le Cameroun et le Vatican sont au beau fixe ? Cette embellie ne date pas d’aujourd’hui. Bien avant le pape François, et ce depuis le pape Jean-Paul II, le couple présidentiel camerounais foule fréquemment le pavé du palais apostolique du Saint-Siège. C’est à cet exercice que s’est encore livré le pape François qui a déjà reçu Paul et Chantal Biya par deux fois dans la Cité du Vatican dans le cadre des visites officielles. La première visite du chef de l’Etat camerounais au pape François eut lieu à Rome du 16 au 21 octobre 2013. Paul Biya et son épouse avaient été accueillis avec tous les honneurs et le respect dus à ce grand dirigeant par les autorités vaticanes, qui lui reconnaissent une appartenance profonde à l’Eglise catholique romaine.

Historique d’une vieille amitié

Fils de catéchiste et ancien séminariste, le Président du Cameroun se sent dans sa sacristie au cœur des méandres de l’Eglise universelle. Du coup, Paul Biya est l’un des dirigeants les plus assidus au Vatican, lui qui compte pas moins de six visites officielles au Saint-Siège depuis son accession à la Magistrature suprême en novembre 1982. Son voyage inaugural au Vatican date de novembre 1986. À l’époque, le président avait séjourné au Vatican en compagnie de sa première épouse, la regrettée Jeanne-Irène et de son fils, Franck Biya. Un an plus tôt, le pape Jean Paul II avait séjourné au Cameroun, du 9 au 14 août 1985 dans le cadre d’une tournée pontificale. À l’occasion il baptisa de sa main, le deuxième fils du président de la République, Paul Biya Junior au palais de l’Unité. Le second voyage du pape Jean-Paul II a eu lieu du 14 au 16 septembre 1995 dans le cadre du très important Synode des évêques africains sur l’inculturation de l’évangile : «L’exhortation apostolique post-synodale Ecclésia in Africa». A la disparition de Jean-Paul II, son successeur, le pape le pape Benoît XVI réserve sa toute première visite pastorale en terre africaine au Cameroun, du 17 au 20 mars 2009, cette visite était son onzième séjour hors du Vatican depuis le début de son pontificat. Le 08 avril 2005, Paul et Chantal Biya assistent aux obsèques du pape Jean Paul II. Le 1er mai 2011, puis, ils prennent part à Rome, à la cérémonie de béatification des papes Jean Paul II et Jean XXIII le 1er mai 2011. Paul Biya repart à Rome le 27 avril 2014 pour prendre part à la messe de Canonisation de ces deux papes à la Place Saint-Pierre de Rome. La messe dite à cette occasion était concélébrée par le pape François et le pape émérite Benoît XVI. Qui dit mieux ? Qui pourrait en douter ? Les relations entre Yaoundé et le Vatican sont sans nuages et se situent dans le cadre de la continuation historique qui les caractérise.

 Par Andrée Justine Awolo Engang,

Religieuse à Yaoundé

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz