Venezuela : affrontements sanglants entre l’opposition et le président Maduro

Nicolás Maduro

Le climat demeure électrique entre l’opposition et le Président de la République Maduro. Ce jeudi 20 avril 2017, de nouveaux rassemblements ont eu lieu dans le pays pour réclamer le départ de Nicolás Maduro. En réaction, ce dernier a autorisé le déploiement d’un important dispositif militaire. CAMERPOST revient sur la pomme de discorde.

Une vague de manifestations depuis le début du mois d’avril

Les affrontements sanglants ne cessent de causer la mort de plusieurs citoyens et personnalités du Venezuela, situé dans la partie la plus septentrionale de l’Amérique du Sud. Un drame qui ne semble pas faire plier les opposants. Ils sont décidés d’en découdre avec leur président. A en croire Henrique Capriles, dirigeant de l’opposition : « nous appelons le peuple vénézuélien tout entier à se mobiliser. En trois semaines, huit manifestants ont été tués, et plus de 500 personnes arrêtées selon l’ONG Foro Penal, dans ce pays qui vit une grave crise politique et économique et où l’opposition, majoritaire au Parlement depuis fin 2015, veut obtenir le départ anticipé du président socialiste ».

En effet, la pomme de discorde à l’origine des affrontements sanglants observés en ce moment au Venezuela, remonte au 6 décembre 2015. Lorsque l’opposition a remporté les législatives, le président Nicolas Maduro refuse de reconnaître sa défaite, affirme le député Borges. « Jamais une Assemblée nationale n’avait été élue avec autant de suffrages, 14 millions de voix. Deux tiers des élus appartenaient à l’opposition, mais le pouvoir a tout fait pour méconnaître notre majorité qualifiée. Depuis, le pays connaît des violences jusqu’à présent », soutiennent mordicus les opposants.

Le peuple a soif des élections à court terme

La vague de manifestations a repris de plus belle le 1er avril quand la Cour suprême s’est arrogé les prérogatives du Parlement, déclenchant un tollé diplomatique qui l’a poussée à revenir en arrière 48 heures plus tard. L’opposition a dénoncé une tentative de coup d’État, mais cet épisode lui a aussi donné un nouveau souffle. « L’opposition est plus unie que jamais », estime l’analyste Luis Vicente Leon. « Cette manifestation mettra en évidence la force de mobilisation de l’opposition et les coûts que cela peut potentiellement générer pour le gouvernement s’il continue d’éviter des élections à court terme », déclare aussi le politologue John Magdaleno.

© CAMERPOST – Toute reproduction interdite