Véhicules made in Cameroon : il faudra encore attendre

Les investisseurs chinois  de la first automobile Manufacture ont annoncé à grand renfort de publicité, en novembre 2012, que la première voiture made in Cameroon sortirai en décembre 2013. 

Depuis lors, l’usine d’assemblage qui devait prendre corps à Kribi dans la région du sud, tarde à sortir de terre. Les délais ne seront visiblement pas respectés. L’une des principales raison qui explique ce retard est l’adoption récente par l’Assemblée Nationale d’une loi fixant les incitations à l’investissement privé. Le décret d’application de ce texte qui devrait être signé par le chef de l’Etat reste attendu. Ce projet est adossé à la dite loi. La convention nécessaire au lancement des travaux ne peut logiquement pas être signée sans le décret d’application. 

D’autre part, les promoteurs de ce projet ont été reçus le vendredi 27 juin 2013 au ministère des mines, de l’industrie et du développement technologique. Les experts de ce département ministériel soutiennent à mots voilés que les chinois font montre d’une certaine légèreté dans la conduite de ce projet. Après la signature du mémorandum d’entente en novembre 2012, les chinois ont disparu, apprend t’on. Ils seraient revenus en fin mai dernier tout en exigeant la signature de la convention. Dans un projet de grande envergure comme celui là il est impératif de désigner un représentant local au Cameroun, souligne une source au   ministère des mines, de l’industrie et du développement technologique. Il se trouve que ce représentant n’a été désigné qu’en début juin 2013. Il à fallu mettre sur pied un comité de pilotage afin de gérer le projet de manière professionnelle. Le gouvernement a en outre ordonné une enquête sur le sérieux des promoteurs et la faisabilité du projet. Il faudra également s’assurer du respect des normes en la matière, de la préservation de l’environnement, ainsi que du transfert des technologies. Des préalables avant la signature définitive de la convention.