Cameroun – Sommet Etats-Unis/Afrique : Paul Biya à Washington – 04/08/2014

Le président de la République est arrivé samedi dans la capitale américaine en compagnie de  son épouse, Chantal Biya, à l’invitation de son homologue Barack Obama.

Le président de la République est arrivé samedi dans la capitale américaine en compagnie de  son épouse, Chantal Biya, à l’invitation de son homologue Barack Obama.
Le président de la République est arrivé samedi dans la capitale américaine en compagnie de son épouse, Chantal Biya, à l’invitation de son homologue Barack Obama.

Traditionnellement calme, Washington D.C, la capitale des Etats-Unis d’Amérique, connaît depuis quelques jours, une effervescence particulière. Non pas parce qu’elle accueille comme tous les ans, en cette période estivale, une foultitude de touristes en provenance des quatre coins du monde, mais en raison   des préparatifs de l’important évènement qu’elle abrite dès lundi: le sommet des chefs d’Etat et de gouvernement des Etats-Unis et d’Afrique.

Invité à prendre part à ces assises par son homologue Barack Obama, le président de la République, Paul Biya et son épouse  sont arrivés samedi à Washington D.C. En effet, l’avion ayant à son bord le chef de l’Etat et la première dame a atterri samedi à 18h55 (heure locale, 23h55 à Yaoundé) à Andrews Air Force Base. Après le cérémonial d’accueil, le couple présidentiel a été installé à Four Seasons Hotel, où il résidera durant son séjour américain.

De source proche de l’organisation, une cinquantaine d’autres chefs d’Etat et de gouvernement africains ont été conviés aux assises qui s’ouvrent ce jour, ainsi que la présidente de la Commission   de l’Union africaine, Nkosazana Dlamini-Zuma. En revanche, les présidents du Soudan et du Zimbabwe, de même  que le Premier ministre de l’Erythrée ne sont pas présents à Washington D.C. Le soudanais Omar el-Bechir est visé par un mandat d’arrêt de la Cour pénale internationale, le Zimbabwéen Robert Mugabe est sous le coup de sanctions américaines depuis 2001 tandis que l’Erythréen Issayas Afewerki est accusé d’alimenter le terrorisme en Somalie.

Enjeux du sommet

Selon l’un des porte-parole du président Barack Obama, le but du sommet qui s’ouvre aujourd’hui à Washington D.C est « de faire progresser les objectifs de l’administration (américaine) en matière de commerce et d’investissement en Afrique et de mettre en   évidence l’engagement des Etats-Unis pour la sécurité de l’Afrique, le développement de la démocratie, et de ses habitants ». L’on se rappelle que lors du discours qu’il a prononcé au Cap en Afrique du sud en juin 2013, Barack Obama avait souhaité « ouvrir un nouveau chapitre dans la relation entre les Etats-Unis et l’Afrique », qu’il classe comme  « l’une des régions les plus dynamiques au monde ». En effet, face à la percée de la Chine, et d’autres puissances émergentes en Afrique, les Etats-Unis veulent renforcer leur présence sur le continent.

Au cours du sommet Etats-Unis-Afrique, les discussions porteront sur les questions de paix, de sécurité, de démocratie, de commerce et de jeunesse. Il s’agira à travers une série de rencontres de susciter des échanges interactifs approfondis pour faire de ces assises placées sur le thème : « Investir en  faveur des générations futures », un véritable rendez-vous du donner et du recevoir. Le programme de travail élaboré par le comité d’organisation prévoit notamment ce lundi un symposium sur l’investissement organisé par la diaspora africaine, un forum sur l’AGOA ( loi qui facilite depuis l’année 2000, l’accès des pays africains au marché américain) et une réception de bienvenue organisée par les Commissions des Affaires  étrangères du Sénat et de la Chambre des représentants.

Demain mardi sont prévus un  forum économique Etats-Unis–Afrique, une   réunion sur Boko Haram avec des travaux en plénière et en commissions.

 Le président Paul Biya devrait saisir cette occasion pour non seulement réaffirmer l’engagement du Cameroun à combattre sans répit cette secte islamiste, mais aussi pour susciter une plus grande adhésion des Etats-Unis et de la communauté internationale à ce combat. Un dîner offert par le président  des Etats-Unis d’Amérique et son épouse Michelle Obama, en l’honneur des chefs d’Etat et de gouvernement et leurs conjoints clôturera la journée. Ce sera à la Maison Blanche. Mercredi prochain la journée sera décisive avec la tenue au département d’Etat de la rencontre au sommet entre les chefs d’Etat et de gouvernement des Etats-Unis et d’Afrique. Barack Obama et ses hôtes travailleront dans trois ateliers dont les thèmes sont : Investir dans le futur de l’Afrique ; Paix et stabilité régionales ; Gouverner pour les générations futures.

Jeudi prochain en marge du sommet, le président Paul Biya sera à l’honneur. Un  déjeuner sera placé sous sa présidence au cours duquel les échanges porteront principalement sur l’agriculture de deuxième génération. Une initiative  que le chef de L’Etat avait lancée à l’occasion du comice agropastoral d’Ebolowa en 2011 en vue d’accroître la production nationale dans ce secteur. En prélude au sommet des chefs d’Etat et de gouvernement, Washington a décidé de réunir des représentants de la jeunesse africaine. Les Etats-Unis voulaient ainsi poursuivre le dialogue avec les jeunes leaders africains  d’aujourd’hui et de demain. 500 jeunes  leaders ont été retenus pour la rencontre de cette année donc 12 camerounais. L’initiative des jeunes leaders africains (YALI) a été lancée par le président Barack Obama en 2010 comme programme phare  d’investissement dans la prochaine génération  des dirigeants africains de 25 à 35 ans, qui constituent 60% de la population du continent, pour leur permettre de s’impliquer dans la transformation du continent et de leurs communautés. Le programme YALI a déjà parrainé 1283 chercheurs d’Afrique  au sud du Sahara et investi dans plus de 76 partenariats avec des universités africaines.

Source : Cameroon Tribune

Par BADJANG BA NKEN

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz