Tourisme : Le Mont-Cameroun est peuplé d’ éléphants

Le Mont-Cameroun est peuplé d’ éléphants | © Tsvangirayi Mukwazhi/AP/SIPA

La région du Sud-ouest est un îlot de sites touristiques à la pointe sud du Cameroun en bordure de l’Océan atlantique. A tout moment de l’année, le touriste a de quoi agrémenter son séjour.

Les statistiques sont notre baromètre de performance. En 2013, nous avons enregistré un peu plus de 100 000 touristes. En 2014, une hausse significative  avec 125 000 visiteurs. Pendant la Coupe d’Afrique de football féminin, le nombre des visiteurs a doublé. Un pic jamais atteint. Un espoir consolidé par la présence de Boko Haram qui a condamné la région du nord. Avec son nouveau stade le potentiel est désormais en hausse.

Sites touristiques

Le Sud-ouest compte une quarantaine d’hôtels allant de trois, deux et une étoile dans les villes de Limbé, Buéa et de Kumba. Les produits phares sont l’ascension du Mont Cameroun, les parcs nationaux du Mont Cameroun, de Takamanda dans la Manyu, de Korup, le parc national Bakossi dans le Koupé Manengouba.

Pour les lacs on cite, les lacs jumeaux de Koupé Manengouba à Bangem, lacs Barombi Mbo, Barombi Koto dans le département de la Mémé. Et bien sûr, les plages (les plages à la frontière avec Douala, à la frontière avec Nigéria). Ce sont des plages avec du sable noir issu des laves volcaniques du Mont Cameroun. Vers le Nigéria, c’est la mer, c’est la boue, et une foultitude d’oiseaux qui garnissent le visu. La région a abrité la capitale du pays lors du protectorat et les Allemands aiment revoir les cimetières, les architectures laissées par leurs arrières parents. Il ya aussi des croisières sur le port de Limbé.

La faune de ces parcs est faite des éléphants dans le Mont Cameroun, ce que beaucoup ignorent, les oiseaux endémiques, des singes divers; dans le parc de Korup à Mudemba, des éléphants qui, il ya 4 mois ont détruit des récoltes ; des antilopes citatunga ; dans le parc de Takamanda, on a des antilopes de bas-fond, une spécialité camerounaise différents des antilopes de montagnes vus au Burundi et d’autres espèces endémiques.

Des problèmes avec solutions 

Les problèmes ne manquent pas. Il ya un besoin criant de routes pour se rendre sur les sites du département du Ndian, de la Manyu, du Koupé Manengouba etc. Autre chose, et, ce n’est un secret pour personne, le Cameroun souffre du manque d’électricité. Si vous n’avez pas de groupe électrogène vous êtes farouchement handicapés. Aujourd’hui, les réservations se font en ligne, et le problème de connexion asphyxie nos établissements. En fin, pour ne citer que ceux-là, il faut relever que les coupures d’eau viennent salir l’addition. Tout compte fait, il ya des mesures alternatives l’avenir semble glorieux.

© CAMERPOST par Augustin TACHAM