Titres publics : Trois pays de la CEMAC veulent mobiliser 22 milliards de FCFA sur le marché de la BEAC

Siège de la BEAC au Gabon | © Ogandaga
Siège de la BEAC au Gabon | © Ogandaga

Les pays de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEMAC) sollicitent de plus en plus le marché des titres publics pour mobiliser des fonds destinés au financement des projets de développement, à l’instar du Cameroun, de la Guinée équatoriale et du Gabon qui tenteront d’engranger 22 milliards de francs CFA mercredi, sur le marché de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC).

Principal animateur du marché, le Cameroun, fort des 16 Spécialistes en valeur du Trésor (SVT) que le pays a agréés sur ce marché, ambitionne de mobiliser 7 milliards de francs CFA le 20 juillet 2016 par le biais d’une émission de bons du Trésor assimilables (BTA) d’une maturité de 52 semaines.

La Guinée équatoriale qui boudait jusqu’ici le marché des titres de la BEAC depuis sa création en 2011, est également dans la course ce mercredi, pour tenter de mobiliser 10 milliards de francs CFA par émission de BTA d’une maturité de 52 semaines dont dix SVT en lice pour aider le Trésor public équato-guinéen à atteindre cet objectif.

Pour sa part, le Gabon, galvanisé par un taux de souscription de 254 pour cent enregistré lors de sa dernière émission de BTA en vue de mobiliser 5 milliards de francs CFA le 13 juillet 2016, lancera ses 12 SVT dans la bataille, pour tenter de collecter 5 milliards de francs CFA.
Contrairement au Cameroun et à la Guinée, l’opération du Gabon se fera par émission d’obligation du Trésor assimilables (OTA) d’une durée de maturité de 2 ans, d’après un communiqué de la BEAC.

Selon toute vraisemblance, la chute des cours de pétrole qui met en difficulté les pays de la CEMAC pourrait davantage les amener à recourir à d’autres moyens, dont l’émission des titres publics pour financer leurs économies.

© CAMERPOST avec © APA