TIC – Jean Lazare Essimi : « L’idée est de démocratiser internet au Cameroun »

Il s’est tenu ce 23 janvier 2014 à Douala, le Business Forum – Oil sector. A cette occasion, nous avons approché le responsable du département marketing en charge des grandes entreprises de Mtn Cameroon afin qu’il revienne sur le concept du festival Internet (I-Fest) lancée par cette société de téléphonie mobile et l’apport de ce forum pour le grand public, et le secteur pétrolier en expansion au Cameroun.

Jean Lazare Essimi, responsable du département marketing en charge des grandes entreprises de Mtn Cameroon
Jean Lazare Essimi, responsable du département marketing en charge des grandes entreprises de Mtn Cameroon

Camerpost : C’est quoi le Mtn I-Fest et quel est sont objectif ?

Le Mtn I-Fest est un festival internet qui a été lancé le 20 décembre 2013. Il s’étend jusqu’au 15 février 2014. L’objectif de ce I-Fest est d’amener notre nouvelle offre internet sur le marché. Ce qu’il faut savoir, c’est que la nouvelle offre n’est pas seulement une affaire de nouveau plan tarifaire internet ou une question de prix ; mais c’est aussi toute une technologie qui a changé derrière. Avant, on s’appuyait sur une technologie en terme d’accès, on l’a amélioré en terme de capacité d’offre internet et aussi ajouter tout ce qui est mobilité parce que la demande aujourd’hui est de pouvoir se connecter en mobile. On le fait déjà avec son téléphone portable. On va de plus en plus le faire avec les tablettes et les ordinateurs portables. Cette infrastructure mise en place aujourd’hui par Mtn permet à nos utilisateurs d’avoir toutes ces facilités, en termes d’offres que nous avons regroupées sous l’ombrelle Mtn Xtra Surf, ouvertes au grand public avec une déclinaison entreprise.

Camerpost : Pour quelle optique aujourd’hui ?

L’idée est de démocratiser internet. Vous avez un outil d’accès, la clé, qui est un outil par excellence pour le grand public et qui permet de se connecter facilement sur votre Pc. Pour ce qu’on fait aujourd’hui, en termes de logiciel, on a toujours besoin d’une connexion internet. Puisqu’on utilise de moins en moins les cd d’installation comme ce fut le cas, il y a quelques années ; pour ceux qui utilisaient l’informatique. Maintenant, on vous demande de vous connecter à internet pour avoir un logiciel. Internet n’est pas seulement le réseau d’accès. On a un point qui relie le Cameroun au monde entier sur internet qui n’est pas forcément géré par Mtn Cameroon. Cependant, nous nous avons notre réseau d’accès que nous gérons comme les autres opérateurs. Le WiMax 16E qu’on a mis en place est le nouveau réseau d’accès de Mtn Cameroon. Derrière ça, on a aussi pris des dispositions pour que la bande passante achetée chez Camtel pour gérer tous nos abonnés soit plus consistante ; pour un prix plus abordable. Pour que le client final puise avoir un bon prix, il faut que nous ayons aussi de bons prix en amont.

Camerpost : A quoi renvoyait la rencontre, Business Forum – Oil sector, de ce matin ?

Je vous ai dit au départ que Mtn I-Fest est un festival qui s’adresse au grand public et aux entreprises. Pour la partie entreprise, on a décidé de faire des fora sectoriels c’est-à-dire par secteur d’activité. Ne pouvant pas s’adresser à tous les secteurs d’activités en quelques jours, on a décidé de faire avec trois secteurs en particulier : le secteur public (regroupant les sociétés publiques, parapubliques, Ong, ambassades…), le secteur pétrolier qui est sensible pour l’économie du Cameroun et qui a des besoins particuliers, et enfin le secteur des finances sur lequel on a décidé de faire un focus. Pour le forum d’aujourd’hui, il s’adressait au secteur pétrolier qui compte plusieurs métiers en interne comme le métier d’exploration (en haute mer), le métier de transformation (comme la Sonara) et celui de la distribution avec les stations services. L’idée était d’apporter les solutions que nous avons déjà en interne à Mtn qui peuvent résoudre les problèmes liés aux activités de ce secteur. L’exposé fait par mon collègue Joël Nlepe était de donner déjà les tendances qui surgiront demain dans ce secteur.

Camerpost : Comment apportez-vous ses solutions ?

Si on prend par exemple le cas de la distribution, on constatera que c’est un secteur en pleine expansion. Il est difficile aujourd’hui de se déplacer sans apercevoir une station service en création et appartenant à un ancien ou un nouveau distributeur. Quand un secteur comme celui-ci se déploie, il a besoin de transporter avec lui, son infrastructure de communication parce que la station service qui se trouve à Yaoundé a autant besoin d’une infrastructure de communication que celle qui est à Monatélé, par exemple. Notre idée était d’apporter des solutions pour interconnecter les différentes stations et c’est là où nous avons parlé de notre solution EPN qui existe et qui a déjà été prouvé dans d’autres secteurs comme celui des finances. On a pensé à des solutions que les distributeurs peuvent utiliser pour mieux sécuriser leur paiement ou pour mieux « monitorer » le carburant qu’ils transitent dans leurs citernes ou les camions qui les acheminent dans les stations services. Pour sécuriser leur paiement, on a une solution de Bilk GPR, qui permet de transporter des données, quand l’utilisateur a déjà des outils nécessaires (les terminaux de paiement mobile), vers un serveur chargé de traiter ce genre de service. Ce GPR est utilisable partout où vous avez le réseau téléphonique. Sauf qu’il s’appuie sur l’internet normal. Pour ceux qui souhaitent avoir un réseau pour transmettre ses données sans souffrir d’aucune rupture, on peut gérer leur problématique en mode solution et leur faire un réseau d’accès privé. C’est-à-dire que ça ne dépend plus d’internet. Par exemple, si le Sat 3 a un problème au niveau de l’océan et que l’internet est coupé au niveau du Cameroun, comme ça déjà été le cas, ces terminaux de paiement pourraient ne pas fonctionner. Par contre, si on les propose le APN privé ou celui de notre accès qui est transporté par le Data, ils continuent à fonctionner même s’il y a coupure d’internet. Ils continuent donc leur business indépendamment de la disponibilité ou pas d’internet. Comme je l’expliquais à un participant, c’est une solution qui peut être un peu plus chère que le Bilk GPR ; mais dans le monde des entreprises, on regarde plus le côté critique d’une solution qu’on met en place par rapport à sa productivité. Si une heure vous coûte 50 millions par exemple, il est préférable d’investir sur une solution un peu plus chère et tolérer de perdre une minute. Pour les jeunes sociétés distributrices de carburant qui se déploient sans être des majors (Shell, Total, Texaco, Mobil…), presque tous retirés de la distribution, qui ont deux ou trois stations. Ce sont des moyennes entreprises qui n’ont pas forcément l’investissement informatique nécessaire (salle serveur, recruter un informaticien qui va gérer ça…). Pour ce type de société, on a toute une solution informatique hébergée. C’est dire que tous les employés (y compris ceux qui sont dans les stations services) de cette entreprise peuvent avoir des boites emails professionnelles, et la structure : un nom de domaine, un progiciel de gestion intégrée (c’est un progiciel dans lequel on a un module qui gère les finances de l’entreprise, un module qui gère les ressources humaines, un module qui gère la relation clientèle…). L’avantage est qu’il accélère leur entrée sur le marché. En plus, ça éloigne de vous une certaine problématique de gestion de l’informatique qui n’est pas votre cœur de métier parce que la tendance aujourd’hui est que chaque entreprise veut s’occuper de son business.

Camerpost : Et pour le secteur de l’exploitation ?

Nous avons aussi une offre très intéressante cette pour le secteur de l’exploitation parce que ce sont des sociétés particulières qui ne sont pas très nombreuses et en général étrangères. Elles sont basées en Europe, aux Etats-Unis ; ayant des sites un peu éparpillés (en pleine mer et/ou à l’intérieur de plusieurs pays) qui ont besoin d’être fortement interconnectés. Dans l’exploitation pétrolières, il y a beaucoup de données de terrain qu’il faut remonter jusqu’au siège social et aussi des problématiques de travail qu’il faut gérer comme dans toutes les entreprises pour que le gars qui est en pleine mer puise être connecté sur internet en temps réel. Pour ces entreprises, on a une solution IPLC d’interconnexion internationale ; en s’appuyant sur le réseau de câble et fibre optique sous-marin (le Was, Sat 3…).

Camerpost : Que prévoit la suite ?

La semaine prochaine, nous serons à Yaoundé pour travailler avec le secteur public qui est aussi un secteur particulier pour lequel nous ne sommes pas encore très présents en tant que Mtn ; mais c’est un secteur qui compte beaucoup pour nous parce que nous pensons avons un coup d’accélérateur en ce qui concerne la technologie dans ce secteur. Après, nous reviendrons à Douala pour le secteur financier, le 12 février avant de conclure le 15 février avec le salon de l’innovation à la maison de parti à Bonanjo à Douala.

Camerpost : Quel sera l’objectif de ce salon de l’innovation ?

Son objectif est d’avoir un pas en avant par rapport à ceux qui existent déjà. On ne viendra pas vous démontrer le fonctionnement de la clé internet parce qu’on pense que c’est déjà fait. ce sera plus pour vous montrer et démontrer, à partir des appareils, les choses que le futur nous apporte et qui seront utilisées par le grand public. Dans le monde numérique et de l’internet, ça va tellement vite.

© Camerpost.com: Propos recueillis par Frank William BATCHOU

Vous aimez ? Partagez !

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz