Terrorisme : l’ islam à la croisée des chemins

Donald Trump est devenu le bouc émissaire au fil de ses déclarations incendiaires contre l' Islam | © Reuters/Dominik Reuter
Donald Trump est devenu le bouc émissaire au fil de ses déclarations incendiaires contre l’ Islam | © Reuters/Dominik Reuter

Aucun responsable politique mondial n’a jusqu’ici pris le risque de cracher le morceau. Partout c’est : l’islam n’est pas assimilable au terrorisme.

Le sujet est vraiment délicat qu’il est aisé d’assimiler ces deux réalités. Et, on a rarement vu un aussi unanimisme dans l’hypocrisie. Cela a même échappé aux plus futés. Le Pape François  lui aussi s’aligne en affirmant que l’islamisme ce n’est pas l’islam. Cet aveuglement volontaire développé par les « grands de ce monde » après chaque attentat terroriste va désormais sauter à l’œil nu. Qu’il s’agisse des attaques récentes à Paris, à Nice, à Bruxelles, à Munich ou à Rouen, les discours des politiques reviennent toujours sur ceci : les actes de tueries perpétrés par Mohamed Mérad, les frères Khouachi, Coulibaly en relations avec des groupes terroristes comme Al qaeda, Daech et que sais-je encore, n’ont rien à voir avec l’islam. Un mensonge avalé par ceux qui veulent y croire.

L’arrêt total et complet de l’entrée des musulmans aux Etats-Unis…Donald Trump

La campagne  électorale en cours aux Etats Unis prête le flanc  au révisionnisme. Le candidat du parti républicain, Donald Trump est devenu le bouc émissaire au fil de ses déclarations  incendiaires contre le monde musulman. C’est une levée de bouclier anti Donald Trump, objectif, le désillusionner pour la Maison Blanche.

A l’origine de la saignée

Cependant, Donald Trump porte-t-il vraiment et tout seul la tête du tueur ? Pourquoi a–t- on la mémoire aussi courte ? Qu’on s’en souvienne que lors de son premier discours sur l’état de l’Union  en janvier 2000, le « nouveau César » dans sa mégalomanie tentant de faire renaitre Rome, Georges W. Bush avait divisé le monde en deux : l’Axe du bien d’un côté et l’Axe du mal de l’autre. Dans ce dernier camp, l’Iran et l’Irak des pays arabes en plus de la Corée du Nord. Les jours suivants, une pluie de bombes se déversait sur l’Irak au prétexte que le pays de Saddam Hussein développait des armes de destruction massive. Et, du berger à la bergère, un groupe de barbares, va assurer la riposte en  ôtant la vie à plus de 3000 personnes lors des attentats du 11 septembre 2001 au cœur de la finance du pays de l’Oncle Sam.

Une partie de la haine vient de ces endroits (mosquée américaine, NDLR). La haine est incroyable, elle est profondément incrustée, au-delà de ce qu’on pourrait croire. La haine est plus grande que tout ce qu’on pourrait imaginer.Donald Trump

Mais, disons-le. L’Islam est-il totalement inassimilable au terrorisme ? On le dit bien dans les milieux islamistes, tout non-musulman est un impie qui doit disparaitre. Dans sa tuerie aveugle, le groupe Etat islamique a arraché à la vie à 3000 personnes et seulement pendant les six premiers mois de l’année  en cours.

Honnêtement, que l’islam le veuille ou non, il ya un lien qui peut-être tissé malheureusement. « Dieu est miséricordieux » (Allah oukbar), c’est ce passage du coran utilisé par ces « fous de Dieu », quand vient le temps pour le kamikaze de se donner la mort en emportant avec lui des innocents.

Vers une sortie de crise

Cette image fusionnelle de la lutte contre le terrorisme interpelle, l’Occident qui s’est donné une mission salvatrice de revoir son engagement. Le problème du terrorisme semble avoir dépassé celui de l’usage de la force.

Ils (Syriens qui cherchaient asile aux États-Unis, NDLR) pourraient être de l’État islamique. Ce sont tous des hommes et ils sont forts… Si je gagne, ils devront retourner d’où ils viennent. Donald Trump

A notre avis, que les pays arabes dont certains finances le terrorisme, trouvent une solution à ce problème mondial, qui n’oppose pas uniquement l’islam à d’autres religions mais plutôt, un islamisme des mal entendant et un islamisme des mal entendus. Car, ni Al qaeda, ni Akpa, ni Boko Haram, Aqmi ou encore l’Etat islamique etc, n’est né dans un pays non-musulman, mieux encore non arabe.

© CAMERPOST par Augustin Tacham

Poster un Commentaire

1 Commentaire sur "Terrorisme : l’ islam à la croisée des chemins"

Me notifier des
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
AbdouNasser

On dirais une prise de position de CamerPost! En tout cas les médias sont faiseurs d’opinion!

wpDiscuz