Tchad – Procès en appel de Hissène Habré au Sénégal : Les victimes exigent une retransmission en direct

Hissène Habré salue à la sortie de son interrogatoire préliminaire à son procès, à Dakar, le 3 juin 2015. | © AFP / SEYLLOU/ARCHIVES

Les membres de l’Association des Victimes de Crimes du régime de Hissein Habré, ont demandé ce lundi, au gouvernement tchadien et aux Chambres Africaines Extraordinaires (Cae), la retransmission en direct, sur les chaines nationales, du procès en appel de l’ancien président tchadien.

A l’ouverture à Dakar au Sénégal du procès en appel de l’ancien président tchadien Hissein Habré, plusieurs personnes, hommes et femmes s’étaient réunis au siège de l’Association des Victimes de Crimes du Régime Hissein Habré (AVCRHH), à N’Djaména, pour suivre en direct à la télévision ce procès historique, comme lors du premier jugement.

Mais, la journée est passée sans aucune image du procès, en provenance de Dakar. Des soucis techniques seraient à l’origine de la non-retransmission de cet évènement.

Le président par intérim de l’AVCRHH, M. Jean Noyoma Kovounsouna, a regretté la non retransmission en directe du procès en appel de Habré notée au premier jour, rassurant toutefois que ‘’tout rentrera dans l’ordre les jours à venir’’.

L’important, selon lui, est que les victimes restent soudées et confiantes quant au déroulement du procès en appel.

 « Nous demeurons toujours confiants, car notre lutte est celle de la justice contre l’impunité », a dit M. Jean Noyoma Kovounsouna, ajoutant que, les preuves contre Hissein Habré sont ‘’irréfutables’’.

Après plus de 17 ans de lutte, M. Jean Noyoma Kovounsouna estime que, l’Afrique est en train d’écrire une nouvelle page de son histoire à travers les Chambres Africaines Extraordinaires.

Pour lui, les africains sont désormais capables de faire justice aux victimes d’une quelconque dictature dans le continent.

Au terme d’un procès fleuve débuté le 20 juillet 2015, la Cour d’assises des Cae a condamné Habré à la réclusion perpétuité pour ‘’crimes de guerre, crimes contre l’humanité et torture’’

Habré a été condamné à payer entre 10 millions et 20 millions de francs CFA à chacune de ses victimes.

L’une de ses maisons dans la capitale sénégalaise a été saisie pour alimenter le fonds prévu pour l’indemnisation de ses victimes.

Ce fonds doit être alimenté par des contributions volontaires des Etats, des institutions internationales et d’autres sources désireuses d’apporter leur soutien aux victimes.

Le jugement en appel doit être rendu le 30 avril 2017 au plus tard, date à laquelle prend fin le mandat des Cae.

© CAMERPOST avec © APA

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz