Tchad : Condamné à perpétuité, Hissène Habré devra verser plus de 125 millions d’euros aux victimes de guerre

Le verdict du procès en appel est tombé ce jeudi 27 avril 2017. L’ex-président tchadien Hissène Habré, déjà condamné en 2016, a été fixé sur son sort devant un tribunal spécial africain. Il est définitivement condamné à la prison à vie pour crimes contre l’humanité. Le point avec CAMERPOST.

Une victoire pour la partie civile

Hissène Habré, aujourd’hui âgé de 74 ans, purgera sa peine au Sénégal ou dans un autre pays de l’Union africaine. Incarcéré depuis 4 ans à Dakar (Sénégal), il devra en plus verser plus de 125 millions d’euros aux victimes qu’il a persécutées. Une victoire pour la partie civile qui se réjouit de la sentence prononcée.

Une commission d’enquête tchadienne estime le bilan de la répression sous son régime (1982-1990) à quelque 40 000 morts. Les Chambres africaines extraordinaires  avaient été créées en vertu d’un accord entre l’Union Africaine et le Sénégal, où M. Habré s’était réfugié après avoir été renversé en décembre 1990 par l’actuel président tchadien Idriss Déby Itno.

Le procès est le premier au monde dans lequel un ancien chef d’Etat est traduit devant une juridiction d’un autre pays pour violations présumées des droits humains. Le procès en appel a débuté en janvier devant une cour présidée par le magistrat malien Wafi Ougadèye, qui avait dispensé l’accusé de sa présence dans la salle. Hissène Habré n’était donc pas là ce jeudi au tribunal.

Hissène Habré condamné, Déby Itno en liberté

Deux hommes politiques qui ont travaillé ensemble. Il est connu que l’actuel président Tchadien, Idriss Deby Itno a joué un rôle capital dans le coup d’Etat de 1982 et dans la violente « pacification » brutale du pays. En 1981, quand Habré prépare sa contre-attaque contre les forces tchado-libyennes de Goukouni Weddeye, Déby est, à 29 ans, le chef d’état-major adjoint des Forces armées du Nord (FAN). À partir de 1983, lorsque Habré est bien installé au pouvoir, il devient le commandant en chef des Forces armées nationales tchadiennes (FANT).

C’est sous son autorité qu’est menée, en 1984, la terrible répression dans le Sud, connue sous le nom de Septembre noir. Pour soumettre les comités d’autodéfense (les fameux Codos), les FANT, mais aussi la Sécurité présidentielle, la Sûreté nationale et la Direction de la documentation et de la sécurité (DDS) s’adonnent à des exécutions ciblées et à des massacres de masse. Déby l’a reconnu lui-même en novembre 1984, dans le quotidien français Le Figaro  lorsqu’il déclarait: « C’est une lutte sans cadeau où nous appliquons une justice expéditive et exemplaire ». En d’autres termes, dans cette affaire, Hissène Habré n’est pas le seul coupable.

© CAMERPOST – Toute reproduction interdite

Poster un Commentaire

1 Commentaire sur "Tchad : Condamné à perpétuité, Hissène Habré devra verser plus de 125 millions d’euros aux victimes de guerre"

Me notifier des
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Nkouly Marc Olivier

Un prisonnier de luxe ? C’est tout un symbole. ma pensée va directement aux victimes. Mais il reste encore la vraie justice, celle de dieu !

wpDiscuz