Tanzanie : deux agents de la morgue ont récupéré 32 capsules de drogue dans le ventre d’une « mule »

drogue
Tanzanie : deux agents de la morgue ont récupéré 32 capsules de drogue dans le ventre d’une « mule »

Malgré les dangers bien connus, nombreuses sont les personnes qui choisissent aujourd’hui de risquer leur vie pour transporter de la drogue dans leur ventre. Très profitable aux narcotrafiquants, le transport de drogue par ingestion bénéficie également aux mules, les transporteurs qui saisissent les occasions dès qu’elles se présentent. Le cas le plus récent ? Celui qui s’est produit le 20 mai dernier en Tanzanie, lorsque deux employés de la morgue ont éventré un ressortissant ghanéen mort pour récupérer ses capsules de drogue dans son estomac.

De l’argent facile à portée de main

L’hôpital de Mwananyamala en Tanzanie a tout récemment été le théâtre de l’arrestation de deux employés de la morgue pour le vol de plusieurs capsules de drogue sur un homme mort. La personne décédée en question était un ressortissant ghanéen qui avait été retrouvé sans vie dans sa chambre d’hôtel, à la suite d’une overdose. Conscients qu’il s’agissait d’une mule, les 2 employés ont décidé, le 20 mai dernier, d’ouvrir son ventre pour récupérer les 32 capsules de drogue dissimulées dans son estomac.

Les sachets de drogues ont été revendus à un riche homme d’affaires, qui les a lui-même revendus à un trafiquant connu sous le nom de Ally Nyundo. Le décès par overdose des mules est malheureusement un fait courant dans le monde. Il n’est en effet pas rare qu’arrivés dans l’estomac, les petits sachets étanches qui contiennent la drogue se déchirent sous l’effet des sucs gastriques et laissent la poudre s’échapper. La drogue étant directement assimilée par le corps, ce en quantité importante, l’overdose se produit très rapidement.

L’« itinéraire bis » des narcotrafiquants

L’Afrique de l’Est est depuis quelques années considérée comme un « itinéraire bis » des narcotrafiquants. Baptisée « Smack Track » ou « La piste de la poudre », elle constitue une véritable alternative à la route de l’Opium qui oblige les trafiquants à passer par les Balkans et l’Asie Centrale. Aujourd’hui devenue une voie d’acheminement incontournable, l’utilisation de « Smack Track » a été découverte en 2010, lorsque quatre Tanzaniens et deux Iraniens se sont faits arrêter, avec sur eux près de 95 kilos d’héroïne. Suivez le reste des actus sur CAMERPOST.

© CAMERPOST – Toute reproduction interdite

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz