Syrie : s’achemine-t-on vers la fin de la guerre ?

Le président syrien lors d'une conférence de presse en 2009 | DIETER NAGL/AFP/Getty Images
Le président syrien lors d’une conférence de presse en 2009 | DIETER NAGL/AFP/Getty Images

Afin de soulager les souffrances du peuple syrien, les négociations pour la paix ont été entamées en Syrie. Washington et Moscou se sont mis d’accord à « faire le nécessaire » pour amener les forces en présence à adhérer à ce cessez-le-feu. Il s’agit pour les puissances européennes et les associations d’aide humanitaire de trouver enfin le moyen d’acheminer l’aide humanitaire et de mettre en place une transition démocratique pour apaiser la situation politique du pays.

 Les rebelles ne sont engagés à respecter le cessez-le-feu mais ont posé plusieurs conditions à cela. Les  dispositions de la résolution 2254 de l’ONU, adoptée en décembre, soient respectées, notamment celles prévoyant un accès aux civils dans les zones assiégées et la livraison d’aide humanitaire. Du côté du pouvoir, Bachar Al Assad a déjà donné son accord. Qu’à cela ne tienne, le régime de Damas  reste prudent et serein et on attend voir comment évolueront les choses.

Une négociation russo-américaine

Les chefs respectifs de la Maison blanche et du Kremlin pour ne pas faire traîner les choses en longueur, ont choisi la date de Samedi prochain c’est-à-dire le 27 Février minuit (heure de Damas) délai de rigueur, pour atteindre leurs objectifs.

Ces négociations  en vue d’une trêve, souligne le président Russe ont été rendues possible  par « l’expérience positive » acquise au cours de l’accord russo-américain sur le démantèlement de l’arsenal chimique syrien au cours de l’été 2013.

Cet accord de cessez-le-feu est engagé dans un climat très tendu ; les tirs faisant toujours rage à Alep la deuxième ville du pays. Selon le chef de la diplomatie américaine John Kerry, si le processus de négociation échoue, il est possible de prévoir une intervention armée pour faire respecter le cessez-le-feu. Les Etats-Unis d’Amérique n’en peuvent plus de cette guerre qui laisse un pays exsangue et est à l’origine de nombreux attentats suicides et exécutions.

Un optimisme mesuré

Il convient de préciser que les négociations en vue  du cessez-le-feu ne concernent pas le groupe Etat islamique (EI) et le Front Al-Nosra, branche syrienne d’Al-Qaïda.

Le processus de paix américano-russe intervient près de trois semaines après l’échec de négociations de paix intersyriennes à Genève et alors qu’une trêve censée entrer en vigueur vendredi dernier, conformément à un accord parrainé par Moscou et Washington, a été complètement ignorée. Espérons que cette fois-ci soit la bonne.

© CAMERPOST par Eliane NDOUNKEU

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz