Soutenance de thèse : François Marc Modzom décroche le doctorat avec la mention très honorable – 22/05/2015

Le Président du jury Jacques Fame Ndongo et le Directeur  de thèse Laurent Charles Boyomo | © CamerPost/AH
Le Président du jury Jacques Fame Ndongo et le Directeur de thèse Laurent Charles Boyomo | © CamerPost/AH

Le rédacteur en chef central de la radio nationale camerounaise CRTV a soutenu une thèse de doctorat intitulé : « Les silences présidentiels. Analyse des dispositifs et du traitement médiatique de la communication politique de Paul Biya, Président du Cameroun ».

Durant plus de six heures, le désormais docteur François Marc Modzom, a été malmené scientifiquement parlant, par un jury présidé par le Professeur Jacques Fame Ndongo, entouré des Professeurs, Laurent Charles Boyomo Asala, le directeur de l’Ecole supérieur des sciences et techniques de l’information et de la communication (ESSTIC) comme directeur de thèse, Joseph Marie Zambo Belinga et Daniel Anicet Noah Mbede comme rapporteurs et du Professeur Dieudonné Oyono, Recteur de l’Université de Douala comme membre. Le travail d’environ 400 pages réparti en 10 chapitres a été passé au crible de l’analyse. Des observations et remarques des examinateurs on retiendra que la thèse présentée est non seulement d’un intérêt empirique parce que son auteur s’appui sur son expérience d’homme de média mais aussi stratégique et actuelle parce qu’elle s’inscrit dans un contexte marqué par la rareté de la parole présidentielle. Ce qui a fait dire au professeur Jacques Fame Ndongo que les silences du Président relèvent d’une création politique donc parce qu’il est rare, le discours du Président devient un moment très attendu et par ricochet précieux. Selon lui le silence est une forme de captation de l’attention. Daniel Anicet Noah a souligné pour le déplorer le style narratif très utilisé au détriment de l’analyse. Il a en outre remarqué que l’auteur n’a pas pris suffisamment de distance par rapport à l’objet de son étude. Pour parler du Chef de l’Etat F.M.Modzom a utilisé des expressions laudatives, ce qui traduit un parti pris. Les médias privés sont en outre stigmatisés un peu comme si la critique du pouvoir en place est essentiellement négative, pourtant dans un travail scientifique, il faut équilibrer ses sources et rester neutre. Néanmoins, le travail présenté par F.M.Modzom a obtenu la mention très honorable. Le jury dans son ensemble a reconnu que l’auteur compte aux rangs des pionniers et qu’il a fait montre d’audace pour aborder un thème aussi peu présenté.

© CamerPost – Hakim ABDELKADER

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz