Soudan du Sud : Washington dénonce la prolongation du mandat de Salva Kiir – 10/07/2015

Susan Rice, la Conseillère pour la sécurité nationale à la Maison Blanche | DR
Susan Rice, la Conseillère pour la sécurité nationale à la Maison Blanche | DR

Les Etats-Unis ont vivement critiqué la prolongation du mandat de Salva Kiir à la tête du Soudan du Sud pour une période supplémentaire de trois ans, dans l’attente des élections, estimant que cette décision a “épuisé sa légitimité et bouleverse la démocratie” dans cette jeune nation.

Susan Rice, la Conseillère pour la sécurité nationale à la Maison Blanche a recommandé jeudi la mise en place d’un gouvernement de transition qui pourra servir avec légitimité et représenter les besoins et les aspirations des Soudanais du Sud.

Dans un message vidéo, Mme Rice a fermement critiqué les deux parties du conflit au Soudan du Sud, accusant le président Kiir et le chef rebelle Riek Machar de ‘’gourmands et d’avides de pouvoir”.

“Le président Kiir et Riek Machar, ainsi que leurs alliés sont responsables de cette nouvelle guerre et ce désastre… Le président Kiir et Riek Machar préfèreraient chicaner sur le pouvoir personnel plutôt que de s’entendre sur des solutions”, a ajouté Susan.

Elle a aussi souligné qu’au cours des derniers 19 mois, le gouvernement sud soudanais a ‘’démissionné de ses responsabilités, échoué dans la protection de ses citoyens et ruiné sa légitimité”.

‘’Au lieu de discuter des voies et moyens de résoudre le conflit, il a bouleversé la démocratie et prolongé unilatéralement son mandat”, a-t-elle déclaré.

Ces critiques de Rice surviennent après que Washington a annoncé qu’il imposait des sanctions contre des généraux du Soudan du Sud aussi bien dans les forces gouvernementales que du côté des rebelles que les Etats-Unis accusent d’attiser le conflit depuis 2013.

Dans un discours prononcé jeudi à l’occasion de la commémoration du quatrième anniversaire de l’indépendance du Soudan du Sud, Le président Kiir a qualifié ‘’d’insensé” le conflit et condamné les sanctions imposées au plus jeune Etat du monde qu’il juge ‘’contre-productives”.

Kiir a soutenu que la prolongation de son mandat au pouvoir était nécessaire pour la paix dans le pays.

Le chef des rebelles, Riek Machar a condamné cette prolongation qui selon lui n’a aucune légitimité, car le mandat de cinq ans de Kiir est déjà arrivé à expiration.

© Camer Post avec © APA

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz