Soudan du Sud – Pourparlers de paix: Les rebelles formulent de nouvelles exigences – 06/03/2015

Salva Kiir, président du Sud Soudan. | Photo d'archives
Salva Kiir, président du Sud Soudan. | Photo d’archives

Les rebelles du Soudan du Sud ont fait monter les enchères en formulant nouvelles exigences dans la négociation cruciale qui se tient à Addis-Abeba entre le gouvernement du président Salva Kiir et son principal rival, Riek Machar, a révélé le porte-parole des rebelles.

Le dernier délai pour que les seigneurs de la guerre du Soudan du Sud, Salva Kiir et Riek Machar parviennent à un accord de paix a expiré jeudi, mais les deux hommes vont poursuivre les négociations ce vendredi, ont annoncé les médiateurs.

Le porte-parole de l’opposition, Kang Chol Puot a déclaré à la presse que l’opposition avait donné à la délégation du gouvernement un certain nombre d’exigences, dont la tenue d’une élection nationale supervisée par l’ONU, le fédéralisme et la fusion des deux armées.

‘’Le statut des forces est la chose la plus importante. La deuxième chose, c’est le statut du rapport d’enquête de l’Union africaine. Nous voulons rendre justice à notre peuple”, a t-il affirmé.

‘’L’autre question brûlante est que nous voulons le fédéralisme maintenant pour que le pouvoir et les ressources naturelles du pays soient donnés au peuple du Soudan du Sud et non à des individus à Juba”, a souligné le porte-parole des rebelles.

‘’L’autre question qui est également très brûlante est le processus menant à la tenue de la prochaine élection nationale qui doit être très clair. De notre côté, nous avons proposé une organisation conjointe de l’élection nationale entre la Commission électorale nationale et l’ONU. Nous ne sommes d’accord presque sur rien, mais nous sommes toujours optimistes de notre côté et nous essayons de notre mieux pour qu’un accord soit conclu aujourd’hui”, a il ajouté.

Il a en outre indiqué que les deux dirigeants devaient se réunir jeudi après-midi pour la poursuite des négociations avant à minuit.

L’échéance du 5 mars a été fixée par les médiateurs du bloc régional de l’Afrique de l’Est, l’IGAD suite à l’échec du dernier cycle de négociations qui n’a pas abouti à un accord entre les deux parties. L’organisme régional a affirmé qu’il va imposer des sanctions punitives contre les parties si elles ne parviennent pas à un accord.

Les envoyés spéciaux de l’IGAD pour le Soudan du Sud ont annoncé que le président Salva Kiir Mayardit et le chef rebelle Dr Riek Machar poursuivront les négociations ce vendredi.

© CamerPost avec © APA

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz