Sommet régional sur la lutte contre Boko Haram : Mahamadou Issoufou au Nigéria – 12/06/2015

Mahamadou Issoufou au Nigéria pour Sommet régional sur la lutte contre Boko Haram | DR
Mahamadou Issoufou au Nigéria pour Sommet régional sur la lutte contre Boko Haram | DR

Le président nigérien Mahamadou Issoufou a quitté jeudi matin Niamey pour Abuja, au Nigeria, où il prendra part, aux côtés de ses homologues du Nigeria, du Tchad, du Cameroun et du Bénin, à un sommet régional de lutte contre le groupe terroriste Boko Haram.

Au cours de cette rencontre, les chefs d’Etat de cinq pays de la sous-région engagés dans la lutte contre la secte islamiste ont pour objectif notamment de finaliser leur plan de lutte contre les terroristes autour d’une force multinationale composée de plus de 8000 hommes, apprend-on d’une source proche du dossier.

Cette rencontre fait suite à une tournée du président nigérian Muhammadu Buhari, quelques jours seulement après son investiture, au Niger et au Tchad, essentiellement axée sur la lutte contre Boko Haram qui sème la terreur dans la sous-région.

Dès sa prise de fonction, M. Buhari a décidé du transfert du centre de commandement de la lutte contre Boko Haram de la capitale fédérale Abuja à Maiduguri, fief historique du groupe terroriste dans le nord-est du Nigeria.

Il est à rappeler que l’armée nigérienne est déjà engagée au Nigeria, depuis plusieurs mois, au sein d’une coalition avec d’autres forces notamment tchadiennes, camerounaises et nigérianes, dans la lutte contre le groupe terroriste Boko Haram.

Cette intervention nigérienne a été surtout suscitée par une série d’attaques de la secte notamment des localités nigériennes de Bosso et Diffa (extrême-est, proches de la frontière du Nigeria), qui ont fait plusieurs dizaines de victimes civiles comme militaires.

Le groupe terroriste Boko Haram qui sévit dans le nord du Nigeria depuis 2009, et dans le bassin du lac Tchad avec des incursions au Niger, au Tchad et au Cameroun, a fait plus de 15.000 morts et plus de 1,5 million de déplacés, selon les autorités sécuritaires.

Il est à souligner que le Niger et le Nigeria partagent une frontière commune de près de 1 500 km, avec de part et d’autre les populations parlant les même langues, le haoussa, le kanouri et le peulh, entre autres.

Source : © Agence de presse Xinhua