Socam: Le Comité de redressement mis en place

Les membres de ce Comité ont été nommés hier par la ministre des Arts et de la Culture, Ama Tutu Muna.

socam_cameroun_hp

Le Comité ad hoc chargé de redresser la Socam est composé de 15 membres. Il est dirigé par Samuel Thomas Ndonfeng, plus connu sous le nom de Sam Fan Thomas. Parmi les membres, l’on retrouve non seulement de grands noms de la musique camerounaise comme Ben Decca, Messi Ambroise, Sissy Dipoko, mais aussi des personnalités très connues dans les milieux de la culture tels que François Bingono Bingono et Alphonse Tonyé. Le Comité qui a une durée de deux mois est chargé de réviser les textes fondamentaux de l’organisme de gestion collective du droit d’auteur et des droits voisins du droit d’auteur catégorie B et de convoquer et préparer l’assemblée générale élective.

Ama Tutu Muna a également mis en place un Comité de normalisation. Composé de 20 membres, celui-ci sera dirigé par Christophe Seuna, enseignant de droit à la Faculté de droit et des Sciences politiques de l’Université de Yaoundé II. L’on y retrouve aussi de noms connus : Elise Mballa Meka, Eric Mathias Owona Nguini, Daouda Mouchangou. Créé pour une durée de six mois, le Comité de normalisation est chargé de la révision des textes fondamentaux des organismes de gestion collective du droit d’auteur ainsi que de l’élaboration d’un manuel des procédures administrative et comptable des organismes de gestion collective du droit d’auteur et des droits voisins.

Ces décisions de la ministre des Arts et de la Culture interviennent après une série de concertations avec les différents acteurs de la culture. Au terme de ces concertations le 16 janvier 2014 au Hilton Hôtel de Yaoundé, Ama Tutu Muna a reçu mandat de procéder à la mise en place d’un comité ad hoc de redressement, conformément aux statuts de la Socam.

Mais il serait naïf de croire que le problème a définitivement été résolu. Puisque Ndedi Eyango et ses partisans n’ont pas encore baissé les bras. Ce matin, le Prince des montagnes a donné une conférence de presse à Yaoundé. Entouré de ses avocats, il a révélé que la cabale contre lui est antérieure au vote du 02 novembre 2013. Ses avocats indiquent attendre le verdict du tribunal pour envisager la suite à donner à l’affaire. « Il est toujours Camerounais. Ceux qui disent qu’il n’est pas Camerounais n’ont jamais produit de document », a souligné Me Sim. D’autre part, Ndedi Eyango bénéficie de nombreux soutiens. A l’instar de celui des chefs traditionnels du Mungo. Les gardiens de la tradition viennent d’adresser un mémorandum au chef de l’Etat pour condamner la cabale médiatique dont leur « digne fils » est victime. Ils sollicitent par conséquent l’intervention du chef de l’Etat pour le rétablir dans ses droits.

© Camerpost.com: Achille Nayé

 

Vous aimez ? Partagez !

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz