Socam: Des consultations pour désamorcer la crise

La ministre des Arts et de la Culture a entamé une série de consultations pour trouver une issue à la crise que traverse la Société camerounaise de l’art musical(Socam).

Ama Tutu Muna - Ministre des Arts et de la Culture
Ama Tutu Muna – Ministre des Arts et de la Culture

La journée du 06 janvier 2014 n’était pas de tout repos pour Ama Tutu Muna. La ministre des Arts et de la Culture a en effet reçu dans son cabinet des universitaires, des hommes de culture, des leaders d’opinion ainsi que des artistes. Les consultations se sont poursuivies le lendemain avec l’audience accordée aux membres du Conseil d’administration de la Socam. Ces audiences s’inscrivent dans le cadre des consultations que la ministre a entamées depuis le 31 décembre 2013 pour sortir la Socam de l’impasse actuelle. Ama Tutu Muna a reçu tour à tour le professeur Magloire Ondoa, ancien président de la Commission Permanente de Médiation et de Contrôle, le politologue Mathias Eric Owona Nguini, Alain Didier Olinga, Odile Ngaska, la Pca débarquée il y a quelques mois, ainsi que les artistes Grace Decca, Ben Decca, Ottou Marcelin, Rachel Tsoungui, Roméo Dika, Sosthène Parol, Esso Essomba, etc.

Mais c’est le passage de Ndedi Eyango, le président du Conseil d’administration de la Socam dont l’élection a été invalidée le mois dernier qui a le plus retenu l’attention. Ama Tutu Muna et Ndédi Eyango se sont entretenus de longues minutes durant.  Une rencontre qui visiblement n’a pas donné le résultat escompté, chacun campant sur ses positions. « Je reste Pca de la Socam élu le 02 novembre dernier. La société de gestion collective reste une société civile où les ayant droits restent les artistes. Donc, lorsqu’on prend une décision, il faut tenir compte de tout cela », a déclaré le montagnard. « Il a été affecté par ces décisions mais le plus important c’est qu’on peut toujours travailler ensemble. Nous pouvons nous asseoir sur une table pour trouver des solutions dans le futur », réplique  Ama Tutu Ama.

Il faut rappeler que ces consultations interviennent au lendemain de l’annulation de l’élection de Ndedi Eyango au poste de président du Conseil d’administration de la Socam. Ama Tutu Muna indiquait par cet acte que les articles 4 et 9 du code électoral des statuts de la Socam ont été violés. Dans la foulée, la ministre des Arts et de la Culture a annoncé la mise en place d’un comité ad hoc pour protéger et sauvegarder les intérêts des créateurs de l’art. Mais pour l’instant, c’est le statu quo.

© Camerpost.com: Achille Nayé

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz