Sénégal : Une centaine d’exposants attendus au 6ème salon des énergies renouvelables de Dakar – 10/02/2015

Une centaine d'exposants attendus au 6ème salon des énergies renouvelables de Dakar. | Photo d'illustration
Une centaine d’exposants attendus au 6ème salon des énergies renouvelables de Dakar. | Photo d’illustration

Quelque 100 exposants de 15 pays d’Afrique, d’Asie, d’Amérique et d’Europe sont attendus à la 6ème édition du Salon international des énergies renouvelables et de l’environnement en Afrique (SIERA) qui se tient du 23 au 26 avril 2015 à Dakar, a appris APA lundi auprès de son coordonnateur, Ibrahima Ndoye.

«Comme à la dernière édition de 2012 où nous avions au total 102 exposants, pour la présente édition, nous attendons 100 exposants venant de 15 pays. Ces exposants viendront de tous les continents. Mais l’objectif est de faire venir tous les pays de l’Union économique et monétaire ouest africaine (Uemoa)», a expliqué Ibrahima Ndoye.

Il s’entretenait avec APA au terme d’une cérémonie de signature de protocole de partenariat entre le groupe Excaf, promoteur du SIERA, et la société africaine des biocarburants et des énergies renouvelables (SABER), qui est le bras technique de l’UEMOA, dont le président de la Commission, le Sénégalais Cheikh Hadjibou Soumaré, est le parrain de la 6ème édition.

Pour M. Ndoye, en plus de l’exposition internationale, un colloque international est prévu au cours du salon pour permettre aux experts d’échanger des idées, des initiatives et des technologies.

«Cela est d’autant plus nécessaire que la rencontre va réunir des professionnels, des chercheurs, des autorités publiques, des représentants d’organismes internationaux, des bailleurs de fonds, entre autres», a ajouté le coordonnateur du SIERA, Ibrahima Ndoye.

Pour Thierno Bocar Tall, Dg de la SABER, il faut saisir l’opportunité qu’offre le salon pour discuter de «comment éclore les énormes potentiels énergétique du continent qui dispose de beaucoup de soleil et de vent».

«Aujourd’hui, tout a été pensé en Afrique. Il y a beaucoup d’études sur les énergies renouvelables. C’est pourquoi, il est maintenant temps de passer à l’action et de mettre en pratique les potentialités énergétiques de l’Afrique», a dit M. Tall.

© CamerPost avec © APA

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz