Sénégal – Terrorisme : De nombreux facteurs de radicalisation chez les jeunes

De nombreux facteurs de radicalisation au terrorisme chez les jeunes à Dakar selon un rapport | Ph. Illustration
De nombreux facteurs de radicalisation au terrorisme chez les jeunes à Dakar selon un rapport | Ph. Illustration

Pour 89,7% des personnes sondées, les confréries au Sénégal représentent bien l’Islam et leur message convient parfaitement pour 63,7% des jeunes. À cet égard, il faut noter que pour 39% des jeunes, les chefs confrériques peuvent, grâce à leurs prières et leur baraka prémunir le pays du terrorisme (39%). Ils arrivent juste derrière l’Etat avec un taux de confiance de (49,7%), ainsi peut lire CAMERPOST dans un rapport intitulé : « Facteurs de radicalisation et perception du terrorisme chez les jeunes de la grande banlieue de Dakar ». Une étude dont l’enquête a été menée du 1er au 7 juillet 2016 grâce à la conception d’un questionnaire de près de quarante questions et réalisé par vingt-cinq enquêteurs répartis dans l’espace identifié et prenant en compte les caractéristiques démographiques.

C’est une enquête menée dans un contexte où depuis les attentats du 11 septembre 2001, le monde est entré dans une nouvelle ère, celle de la vulnérabilité globalisée. Le nombre d’attentats terroristes a explosé d’une manière inquiétante au point que le phénomène est devenu un enjeu géopolitique de premier plan pour tous les États. Avec la porosité des frontières et la transnationalité des acteurs religieux, les idéologies djihadistes gagnent du terrain et séduisent de plus en plus de jeunes hypothéquant l’avenir et la sécurité de leurs nations.

D’après ceux qui ont réalisé ce rapport notamment l’Observatoire des Radicalismes et conflits religieux en Afrique (Orcra), l’enquête va contribuer  à comprendre les facteurs conduisant à la radicalisation religieuse des jeunes et à évaluer ce qu’ils pensent du phénomène terroriste. Le questionnaire a été testé sur des Sénégalais représentants les profil-types des personnes visées par l’étude.

Par ailleurs, Orcra est fondé en 2012 par Dr. Bakary Sambe en pleine crise malienne pour accompagner les Etats, les Ong et les organisations internationales dans la prise de décision, la conception et la mise en œuvre  de politiques publiques efficientes. Abrité au sein de Timbuktu Institute African Center for Peace Studies, l’Observatoire travaille selon une méthodologie lui permettant d’aller au-delà de la recherche fondamentale par notamment : l’élaboration de méthodologies et approches transdisciplinaires des questions sur le radicalisme religieux (sécurité, défense, diplomatie), mise en place d’outils de mesure et d’analyse de phénomènes de radicalisation dans les sociétés africaines contemporaines.

 

© CAMERPOST par Linda Mbiapa