Sénégal : Des centaines de manifestants contre Charlie Hebdo – 16/01/2015

Des manifestants sénégalais brûlent un drapeau français, à Dakar, pour protester contre la publication d'une caricature de Mahomet par Charlie Hebdo. Seyllou/AFP
Des manifestants sénégalais brûlent un drapeau français, à Dakar, pour protester contre la publication d’une caricature de Mahomet par Charlie Hebdo. Seyllou/AFP

Des centaines de musulmans ont manifesté vendredi à Dakar, pour exprimer leur indignation contre les caricatures du Prophète Mohamed publiées par le magazine français Charlie Hebdo.

Des intellectuels, des imams, des leaders politiques se sont retrouvés après la prière de vendredi pour protester contre ce qu’ils qualifient de « provocation ».

« L’occident doit cesser de s’attaquer aux symboles et croyances islamiques, or le Prophète est un symbole très fort chez les musulmans, il ne peut pas faire l’objet de banalisation », a martelé Mbaye Niang, Député à l’Assemblée nationale du Sénégal.

Il estime par ailleurs que la France doit penser à ses relations historiques avec le monde islamique.
La position du parlementaire est partagée par d’autres manifestants qui n’ont pas apprécié le fait que l’hebdomadaire français ait publié des caricatures du Prophète Mohamed à la Une de sa publication de mercredi dernier.

« On a initié cette marche pour manifester cette provocation de Charlie Hebdo ; mais on insiste qu’on n’est pas Charlie et on n’est pas prêt à l’être », a lancé le rappeur Amadou Aw alias Maxy Crazy.

Le rappeur sénégalais a ainsi fustigé la participation du Chef de l’Etat Macky Sall, en compagnie de cinq autres présidents africains, à la marche républicaine à Paris aux côtés de François Hollande suite aux attentats contre la rédaction de Charlie Hebdo.

« L’erreur de trop a été commise par le Chef de l’Etat (Macky Sall) et on exige des excuses publiques au peuple sénégalais », a estimé l’universitaire Malick Ndiaye.

Il considère que les présidents africains auraient mieux fait de méditer sur le sort des civils et innocents qui meurent au Cameroun, au Nigeria, au nord Mali dans des attaques terroristes.

Mercredi dernier, le Sénégal a interdit, à travers un communiqué du ministère de l’Intérieur, la distribution et la diffusion par tous les moyens de l’hebdomadaire Charlie Hebdo et du quotidien français Libération sur toute l’étendue du territoire national.

© CamerPost avec © APA

  • Que vos libertés d’expressions respectent les interdits des autres chers français ne faites plus autant d’njustices dans le monde et comme çà vous serez de moins en vous épargner des attaques