Science : Des chercheurs remontent jusqu’au premier acte sexuel de l’histoire – 23/10/2014

Capture d'écran d'une vidéo montrant l'accouplement de deux poissons fossiles de l'espèce Microbrachius dicki. - FLINDERS UNIVERSITY
Capture d’écran d’une vidéo montrant l’accouplement de deux poissons fossiles de l’espèce Microbrachius dicki. – FLINDERS UNIVERSITY

Adam et Eve peuvent aller se rhabiller. Un paléontologue australien, le professeur Long, révèle dans la revue Nature que la première espèce capable de fertilisation et de copulation est un poisson fossile appartenant au groupe des placodermes qui vivait en Ecosse il y a environ 385 millions d’années. Son petit nom: Microbrachius dicki.

Les placodermes sont les ancêtres vertébrés des humains les plus anciens, selon les scientifiques. Mais jusque-là, explique le professeur Long, ils ignoraient qu’ils avaient des organes reproducteurs. Le chercheur et ses collègues ont donc découvert que le Microbrachius dicki mâle avait développé un membre osseux en forme de L capable de transférer du sperme vers les femelles. Sa femelle, pour sa part, disposait de petits os appariés ayant la particularité de bloquer l’organe mâle au moment de l’accouplement.

Dans la pratique –esprits prudes, arrêtez-vous là– l’acte sexuel ressemblait surtout à du dosado, un style de danse, indique le professeur Long. Les deux poissons se tenaient par les nageoires, permettant ainsi au mâle de se mettre en bonne position à l’intérieur de l’appareil génital de la femelle, «rugueux comme une râpe à fromage». «Ils étaient collés comme grâce à une bande Velcro», ajoute-t-il. Le romantisme n’est arrivé que quelques dizaines de millions d’années plus tard.

Source : 20minutes.fr

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz