Santé et savoir vivre : pourquoi ne faut-il pas uriner dans une piscine ?

Santé et savoir vivre : pourquoi ne faut-il pas uriner dans une piscine ?

Uriner dans la piscine est une pratique courante partout dans le monde. Phénomène longtemps considéré comme anodin, des données scientifiques publiées en mars dernier par la revue « Environmental Science & Technology Letters » montrent que ce n’est finalement pas le cas. Le chlore et l’urine seraient en fait à l’origine d’une réaction chimique, nocive pour la santé. Le point avec CAMERPOST.

Des composantes considérées comme toxiques pour la santé de l’homme

Jusqu’en mars dernier, tout portait à croire que l’urine évacuée par les nageurs était systématiquement éliminée par le chlore des piscines. Une idée qui d’ailleurs a longtemps été acceptée par la communauté scientifique. En mars 2017 néanmoins, les résultats d’une étude menée par des chercheurs à l’Université Purdue aux États-Unis est venue bousculer l’idée et démontrer que finalement l’association chlore et urine n’est pas si inoffensive que tout le monde le croyait.

Dans l’eau, les acides aminés et uriques présents dans l’urine réagissent avec le chlore et favorisent la création de deux composants nocifs qui sont le chlorure de cyanogène et le trichlorure d’azote. Jugé cancérigène, le chlorure de cyanogène attaque les zones les plus sensibles du corps comme les poumons, le système nerveux et le cœur. L’inhalation de ces deux produits augmenterait par ailleurs le risque d’asthme. Ces composants seraient également à l’origine de la rougeur des yeux des nageurs.

Uriner dans la piscine : une pratique courante

Si une personne seule urinait dans la piscine, les auteurs de la recherche affirment qu’il n’y aurait sans doute aucun problème. Le souci disent-ils, c’est que tout le monde le fait. Dans les résultats de l’étude publiée en mars par la revue « Environmental Science & Technology Letters », les scientifiques ont effectivement révélé que dans un bassin de taille moyenne, il y aurait 75 Litres d’urine environ. Un chiffre qui s’explique notamment par le fait que chaque nageur évacue en moyenne près de 50 à 80 millilitres d’urine, lorsqu’il nage. Des informations capitales, qui devraient sensibiliser le public, quelques semaines seulement avant le début des vacances d’été.

© CAMERPOST – Toute reproduction interdite