Rwanda : Washington déçu par la décision Paul Kagame de briguer un 3eme mandat

Washington déçu par la décision Paul Kagame de briguer un 3eme mandat | © Zacharias Abubeker/AFP
Washington déçu par la décision Paul Kagame de briguer un 3eme mandat | © Zacharias Abubeker/AFP

Les Etats-Unis ont exprimé leur déception face à l’annonce de l’intention du président rwandais Paul Kagame de briguer un troisième mandat.

Dans un communiqué publié le week-end, Washington a déclaré qu’en prenant cette décision, « le Président Kagame passe à côté d’une occasion historique de renforcer et de consolider les institutions démocratiques que le peuple rwandais s’est péniblement investi à établir pendant plus de vingt ans».

Les Etats Unis ont exprimé leur conviction que les transitions constitutionnelles du pouvoir sont essentielles pour les démocraties fortes et que les efforts déployés par le pouvoir pour modifier les règles afin de rester au pouvoir, affaiblissent les institutions démocratiques.

« Nous sommes particulièrement préoccupés par les changements qui favorisent un individu au détriment du principe de transition démocratique », note le communiqué

« Alors que le Rwanda va vers des élections locales cette année, l’élection présidentielle l’année prochaine et les élections législatives en 2018, nous appelons le gouvernement du Rwanda à assurer et respecter le droit de ses citoyens d’exercer leur liberté d’expression, de conscience et de rassemblement pacifique qui représentent les caractéristiques des véritables démocraties », lit-on dans le communiqué.

Les États-Unis demeurent résolus à soutenir la participation libre et intégrale du peuple rwandais dans les processus électoraux à venir, a conclu le communiqué.

Le président Paul Kagamé a mis fin à toutes les spéculations sur son avenir politique en confirmant, dans son message de nouvel an, sa candidature pour un troisième mandat lors de la prochaine élection présidentielle rwandaise prévue en 2017. Le président Kagamé a indiqué qu’il cherchait à se faire réélire principalement parce que les Rwandais avaient voté de manière retentissante pour lui permettre de rester encore au pouvoir à la fin de son deuxième mandat de sept ans.

En décembre, les Rwandais avaient décidé massivement, lors d’un référendum, de modifier les règlements constitutionnels qui l’empêchaient de briguer la présidence à nouveau.

Le résultat de ce scrutin a ouvert la voie pour permettre à Kagamé, âgé de 58 ans, de rester au pouvoir jusqu’en 2034, après qu’il aura eu un mandat de sept ans comme président et deux mandats de cinq ans, selon les nouvelles dispositions de la Constitution.

Paul Kagamé qui est arrivé au pouvoir en 2000 a indiqué à ses compatriotes que compte tenu de l’importance et de la considération qu’ils avaient accordée au résultat du référendum, il ne pouvait qu’accepter leur décision.

© CAMERPOST avec © APA