Rwanda : Paul Kagamé confirme sa candidature à un 3ème mandat

Le président du Rwanda, Paul Kagamé | © Steven Senne/AP/SIPA
Le président du Rwanda, Paul Kagamé | © Steven Senne/AP/SIPA

Le président Paul Kagamé a mis fin à toutes les spéculations sur son avenir politique en confirmant, dans son message de nouvel an, sa candidature pour un troisième mandat lors de la prochaine élection présidentielle rwandaise prévue en 2017.

Le président Kagamé a indiqué qu’il cherchait à se faire réélire principalement parce que les Rwandais avaient voté de manière retentissante pour lui permettre de rester encore au pouvoir à la fin de son deuxième mandat de sept ans.

En décembre, les Rwandais avaient décidé massivement, lors d’un référendum, de modifier les règlements constitutionnels qui l’empêchaient de briguer la présidence à nouveau.

Le résultat de ce scrutin a ouvert la voie pour permettre à Kagamé, âgé de 58 ans, de rester au pouvoir jusqu’en 2034, après qu’il aura eu un mandat de sept ans comme président et deux mandats de cinq ans, selon les nouvelles dispositions de la Constitution.

Paul Kagamé qui est arrivé au pouvoir en 2000 a indiqué à ses compatriotes que compte tenu de l’importance et de la considération qu’ils avaient accordée au résultat du référendum, il ne pouvait qu’accepter leur décision.

Il a précisé que loin de chercher à être président à vie, le référendum et sa candidature qui a suivi redonnent une nouvelle vie à la démocratie rwandaise en ce que les souhaits de la population ont été rendus sans équivoque par la nature écrasante de leurs votes pour qu’il continuer de diriger le pays.

En dehors des détracteurs de Kagamé qui ont rejeté le référendum qu’ils qualifient de leçon de tricherie électorale, Washington et l’UE ont décrit l’exercice comme une farce, maintenant les appels antérieurs pour qu’il quitte le pouvoir et ouvre la voie à l’émergence d’une nouvelle race de dirigeants progressistes pour le Rwanda.

M. Kagamé s’est fait remarquer durant le génocide de 1994 lorsque son Front patriotique du Rwanda (FPR) a marché sur la capitale Kigali pour mettre fin au massacre de 800.000 Tutsis et Hutus modérés dans une campagne meurtrière d’extermination qui a duré 100 jours.

Même si les transformations économiques qu’il a apportées au Rwanda ont été largement saluées dans les cercles internationaux, les détracteurs locaux et étrangers de son régime l’accusent de diriger le pays d’une main de fer.

© CAMERPOST avec © APA

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz