Rse des entreprises en Afrique, l’Oit ouvre la voie de la formalisation de l’informel

Thierry Tene, Directeur de l’Institut Afrique RSE.

S’agissant de la Responsabilité sociétale des entreprises (Rse), Thierry Tene, Associé et Directeur de l’Institut Afrique Rse se réjouit des amendements pris par l’Organisation internationale du Travail (Oit). Camerpost revient sur les innovations en question.

Intégrer des préoccupations environnementales en entreprise

La Rse (Responsabilité sociétale des entreprises) est un concept né dans les années 1960. Elle désigne la prise en compte, par les entreprises, des préoccupations liées au développement durable dans leurs activités. La Rse consiste, pour une entreprise, à intégrer les préoccupations sociales et environnementales dans ses activités opérationnelles et dans les stratégies qu’elle met en place.

Fort de son importance, l’Organisation Internationale du Travail (Oit) vient d’amender pour la troisième fois sa Déclaration de principes tripartite sur les entreprises multinationales et la politique sociale. Adoptés en 1977, ces principes visent à orienter les entreprises multinationales, les gouvernements, les employeurs et les travailleurs dans les domaines tels que l’emploi, la formation, les relations professionnelles et les conditions de travail et de vie.

Désormais, souligne Thierry Tene, Associé et Directeur de l’Institut Afrique Rse, « on parlera de Déclaration sur les entreprises multinationales. Le changement de dénomination n’est pas la seule innovation ». Il indique : « dans la révision de mars 2017, on note également l’ajout des principes sur le travail décent, la sécurité sociale, le travail forcé, la transition de l’économie informelle vers l’économie formelle, les salariés et à l’accès des victimes à des voies de recours et d’indemnisation ».

Améliorer le cadre de vie en société

Soucieux de l’adaptation et de la prise en compte des spécificités du contexte africain dans les initiatives internationales de Responsabilité sociétale des entreprises (Rse), l’Article 21 de la nouvelle Déclaration sur les entreprises multinationales a particulièrement retenu l’attention : « les gouvernements devraient élaborer et mettre en œuvre des cadres d’action intégrés afin de faciliter la transition vers l’économie formelle, en tenant compte du fait que les déficits de travail décent sont plus prononcés dans l’économie informelle. Les entreprises multinationales et les autres entreprises devraient elles aussi contribuer à cet objectif », rapporte Thierry Tene. Il soutient que quel que soit le secteur d’activité en Afrique, il est difficile de trouver une chaîne de valeur qui ne fasse pas recours à l’économie informelle.

C’est d’ailleurs la raison pour laquelle, lors de la deuxième édition du forum international des pionniers de la Responsabilité sociétale des entreprises (Rse) organisée le 21 et 22 novembre 2012 à Tunis par l’Institut Afrique Rse et la Confédération des Entreprises Citoyennes de Tunisie (Conect), « nous avons positionné la Rse comme un tremplin pour la formalisation de l’informel », révèle l’interlocuteur.

© CAMERPOST – Toute reproduction interdite.

Poster un Commentaire

1 Commentaire sur "Rse des entreprises en Afrique, l’Oit ouvre la voie de la formalisation de l’informel"

Me notifier des
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Sangare Tiemoko

Je confirme le mon boss

wpDiscuz