Roi Mohammed VI : L ‘Afrique appelée à enrichir le droit international des droits humains avec sa « culture propre » – 28/11/2014

Le roi Mohamed VI du Maroc. Photo d'archives
Le roi Mohamed VI du Maroc. Photo d’archives

Le Roi Mohammed VI a souligné que l’Afrique, à défaut d’avoir contribué à son élaboration, « doit pouvoir enrichir le droit international des droits de l’Homme avec sa culture propre, son histoire et son génie, afin de mieux se l’approprier ».

Dans un message adressé aux participants au 2-ème Forum Mondial des droits de l’Homme (FMDH), qui a ouvert ses travaux jeudi soir à Marrakech, le Souverain a affirmé que le monde en développement, et l’Afrique en particulier, veulent devenir acteurs de la production des normes dans le domaine des droits de l’homme et ne veulent plus être « réduits à des objets de débats et d’appréciations et à des terrains d’expérimentation ».

« L’Afrique ne peut plus être, invariablement, le sujet des rapports internationaux et l’objet inextricable des évaluations extérieures. L’Afrique est suffisamment mûre pour tenir toute la place qu’elle mérite dans l’architecture mondiale des droits de l’homme, et y assumer pleinement son rôle », a-t-il dit.

Pour lui, l’Afrique ne peut plus rester une simple consommatrice de normes internationales conçues en son absence, précisant que les instruments internationaux en matière de droits de l’homme ont été conçus en l’absence du continent sur la scène internationale.

« De quatre pays indépendants lors de l’adoption de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme de 1948, les pays africains ne sont encore qu’une trentaine à s’être libérés du joug du colonialisme lors de l’élaboration des Pactes internationaux de 1966 », a-t-il rappelé.

Et d’ajouter que « l’universel est commun, le cheminement est spécifique. Tel est le leitmotiv d’une Afrique responsable, imprégnée et engagée pour les droits de l’homme. Une Afrique qui ne peut rester l’objet sempiternel des débats sur les droits de l’homme. Une Afrique qui souhaite, également, être écoutée pour dire sa contribution à la conception des normes et valeurs réellement universelles. Une Afrique ne peut plus et ne veut plus, être en marge d’un terrain, qui est aussi le sien ».

Le Souverain a, par ailleurs, fait remarquer que cette rencontre se tient à la veille d’importantes échéances internationales dans lesquelles une approche globale et non sélective des droits de l’Homme peut constituer un apport fondamental.

Ces échéances sont très nombreuses, a-t-il observé, souhaitant partager avec la communauté des défenseurs des droits de l’Homme rassemblée dans ce forum ses réflexions sur trois problématiques, à savoir les questions de l’égalité et de la parité, les Objectifs du développement post-2015 et les migrations internationales et les demandeurs d’asile.

© CamerPost avec © APA

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz