Le risque d’une sécession du Cameroun

Au Cameroun, la crise anglophone menace le pouvoir de Paul Biya à un an de l'élection présidentielle. Dotés de soutiens à l'étranger, les contestataires revendiquent de plus en plus clairement la sécession du pays.

Le risque d’une sécession du Cameroun (Photo : Deutsche Welle)

Republic of Ambazonia, Republic of Southern Cameroons, Republic of West Cameroon : voilà les trois appellations qui circulent dans la partie anglophone du Cameroun pour désigner ce qu’on voudrait ici être un Etat à part entière, détaché du reste du Cameroun.

“Il y a de nombreuses injustices auxquelles je suis confronté en tant qu’individu, et auxquelles nous sommes confrontés en tant que peuple,” explique cet habitant de Bamenda,  une ville du Sud-Ouest du pays, proche de la frontière avec le Nigéria.

“Pendant 56 ans, nous avons été traités comme des citoyens de seconde classe. Pendant 56 ans, nous n’avons jamais reçu notre part équitable comparativement à notre contribution au taux de croissance du produit intérieur brut du pays. Pendant 56 ans, il y a des ministères spécifiques dans lesquels nous n’avons jamais eu de place. Avant que nous n’en arrivions là, la base constitutionnelle sur laquelle l’union fut fondée a été détruite. Et quand la fondation est détruite, l’immeuble ne peut plus tenir.”

Certains anglophones accusent la communauté internationale, dont l’ONU, d’observer un silence conspirateur, comme si elle attendait que les vendeurs d’armes fassent leur marché et que les combats soient en cours avant de réagir. “J’ai plus de trente ans. J’ai déjà cette mentalité. Les enfants derrière moi l’ont,” affirme le même habitant.

“Si cette situation n’est pas corrigée maintenant, ce territoire ne connaîtra jamais la paix. Nous sommes ici à Bamenda. Demandez, les forces de sécurité vous le diront. Quand les gens se soulèvent ici, ils n’ont pas peur des armes. C’est malheureux que les gens assis à Yaoundé ne voient pas ce qui arrive.”

2018, année électorale chargée

Ce qui est annoncé est une menace directe sur le pouvoir du président Biya, sur la paix sociale, et les échéances électorales de 2018 au Cameroun. Des élections générales (législatives, municipales, sénatoriales et présidentielle) doivent en effet se tenir l’an prochain. “Il y a le projet d’élire un Premier Ministre et un gouvernement intérimaire pour le Southern Cameroons. Nous demandons de légitimer nos revendications juridiques et éducationnelles. Nous demandons la restauration de l’Etat fédéral, mais le gouvernement ne veut pas en discuter. Il viendra un moment où le gouvernement voudra en parler, et personne ne l’écoutera.”

Les sécessionnistes disposent depuis l’étranger d’une télévision reçue au Cameroun par satellite et par Internet, d’un drapeau et d’un hymne national pour leur Etat. Un gang disposant d’un matériel présenté comme devant servir à la fabrication d’explosifs a été saisi le 3 août dernier dans la zone anglophone.

Tournée à l’étranger

Par ailleurs, Une mission gouvernementale composée du ministre camerounais de la justice et de deux hauts commis de l’Etat, a quitté Yaoundé en fin de semaine dernière pour une tournée européenne et américaine au sujet de cette question anglophone. La délégation a été huée samedi à l’étape bruxelloise de sa tournée par des ressortissants du Cameroun, où l’on pense que les discussions doivent se dérouler à l’intérieur et non à l’extérieur du pays.

Source: Deutsche Welle par Henri Fotso

Poster un Commentaire

6 Commentaires sur "Le risque d’une sécession du Cameroun"

Me notifier des
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Prosper Sanwa

Il n’y aura pas de sécession. Dieu est plus puissant que ces mauvaises intentions

Mboa Eny

Arrêtez avec Dieu c’est comme ça que d’autres ont laissé pourrir jusqu’à la partition du Soudan aucune nation ne sort grandi d’une scission

Prosper Sanwa

L’être humain est limité pour tout ce qui se passe autour de lui. Sans Dieu l’on ne peut rien quel qu’en soit ce que vous envisagez. Éloignez de vous l’incrédulité fastidieuse qui anime beaucoup parmi vous

Elgosa Sago

Sil faut parler de Dieu g vou dit Dieu doit liberer les anglophones

Prosper Sanwa

IL LE FERA SI LES ANGLOS PARTICIPENT AU CHANGEMENT PROFOND DU CAMEROUN SANS HEURT. Au cas contraire ils échoueront.

Mboa Eny

Ce pays joue vraiment avec le feu

wpDiscuz