Retrait des cartes d’électeurs : les moto-taximen impliqués

Communément appelés ”benskineurs”, les moto-taximen entendent mobiliser les électeurs non seulement pour le retrait des cartes mais également pour se rendre effectivement aux urnes le 30 septembre 2013, jour du double scrutin législatif et municipal.

moto-taximen

La campagne baptisée ”Moto-citoyen” a été lancée le vendredi 16 août 2013 à la sous préfecture de l’arrondissement de Yaoundé VI. La cérémonie de lancement a donnée l’occasion de préciser les contours de l’opération. De l’avis du président du collectif des moto-taxis Eric Mbida Ndoumbé ; « il est question d’inciter les couches sensibles à voter au cours des élections municipales et législatives du 30 septembre 2013 ». Concrètement il s’agit d’une campagne de proximité qui verra la mise en branle d’une caravane dont la mission sera de sillonner l’ensemble des localités du territoire national. L’objectif affiché est de mobiliser les moto-taximen, les gérants de call-boxs, les bayam sellam et les propriétaires de salon de coiffures. Ceux là même, qui se sentent exclus du champ politique et qui, très souvent estiment qu’ils ne sont pas consultés. Il faudra donc les convaincre de retirer leurs cartes d’électeurs mais plus encore, d’exercer leur responsabilité en allant effectivement aux urnes, et tout cala dans un langage qu’ils comprennent. Quant au financement de l’activité, Eric Mbida Ndoumbé affirme qu’il bénéficie du soutien du chef du Premier Ministre Philémon Yang, et de quelques Ministres notamment René Sadi de l’Administration Territoire et Jean Baptiste Bokam Secrétaire d’État à la Défense. Un appui qui laisse entrevoir une volonté de récupération du RDPC, d’autant plus que Elecam peine à convaincre les électeurs de récupérer leurs cartes. Un point de vue que conteste Eric Mbida Ndoumbé lorsqu’il affirme : « Notre campagne n’est pas une campagne politique en faveur d’un parti politique. Notre campagne est une campagne en faveur de nos droits. Nous ne cherchons pas des opportunités politiques, notre campagne est une campagne de présentation de nos droits ».

Les moto-taxis semblent faire l’objet d’une attention toute particulière depuis l’adresse du chef de l’État à la jeunesse le 10 février 2013. Paul Biya  avait en substance souligné à leur intention: « je  souhaite qu’ils sachent que j’apprécie le courage qu’ils ont eu en acceptant des taches, souvent pénibles, pour faire vivre leur famille…plutôt que de les regarder de haut, l’on devrait leur reconnaitre un rôle social dont l’utilité  est incontestable ».

Hakim Abdelkader