Réseaux sociaux : Facebook va mourir, selon des chercheurs aux Etats-Unis

Une équipe de recherche de l’université de Princetown aux Etats-Unis a publié une étude qui prédit que d’ici 2017, le réseau social Facebook perdra entre 70% et 80% de ses utilisateurs. Les chercheurs ont comparé l’évolution de l’audience de Facebook à la courbe d’une épidémie, pour prédire un déclin rapide et violent de la plateforme.

facebook_for_business

Partant du fait que la maladie cesse d’exister si les personnes infectées disparaissent et s’il n’y a pas de nouvelles infections, les chercheurs ont extrapolé sur le plus grand des réseaux sociaux.

Le postulat avancé ici est que Facebook doit principalement son succès à un effet de mode. Le virus touche avant tout les jeunes. Les membres invitent leurs amis qui à leur tour invitent d’autres amis et ainsi de suite. La fin de la plateforme devrait donc venir de ce caractère viral, car chaque individu qui s’en désintéresse pousse également ses amis à abandonner le réseau social.

Le phénomène de mode aurait déjà atteint son apogée et devrait amorcer son déclin, explique l’étude. Les chercheurs annoncent que 2017 marquera le point culminant de la chute de Facebook. Ce scénario catastrophe est déjà arrivé avec MySpace qui avait atteint la saturation de popularité en 2007.

Mais l’espoir de sauver Facebook demeure. Il suffit d’anticiper, en proposant des services plus attractifs et des nouveautés, qui devraient toujours retenir le maximum d’utilisateurs. Facebook semble bien engagé dans cette voie, avec la panoplie d’applications proposées et la valorisation d’articles de qualité.

Avec Agence Ecofin

Vous aimez ? Partagez !