République Tchèque : Le président allemand reçoit un œuf sur la tête à Prague – 18/11/2014

Le président allemand reçoit un eouf destiné à son homologue tchèque contesté par ses opposants lors d'une cérémonie à Prague. | RENE VOLFIK
Le président allemand reçoit un eouf destiné à son homologue tchèque contesté par ses opposants lors d’une cérémonie à Prague. | RENE VOLFIK

Le président allemand Joachim Gauck, venu à Prague (République Tchèque) avec d’autres présidents d’Europe centrale à l’occasion du 25e anniversaire de la chute du communisme, n’aurait pas imaginé cela. Lors d’une manifestation, il a reçu sur la tête un oeuf qui était destiné à son homologue tchèque Milos Zeman, visé par un de ses opposants.

Alors que la cérémonie se déroulait sur une place de Prague, «le président Gauck a été touché à la tempe. Il a été ébranlé par le choc mais il poursuit son programme comme prévu», a déclaré le porte-parole de la présidence tchèque, Jiri Ovcacek.

Après cet incident, le président tchèque Milos Zeman s’est excusé auprès de son homologue allemand. «Milos Zeman a dit à Joachim Gauck: «Excusez-moi Monsieur le président, cet oeuf m’était destiné à moi, pas à vous», a indiqué Jiri Ovcacek. Le président tchèque a été hué et sifflé par des opposants protestant contre ce qu’ils considèrent comme son orientation pro-russe et son langage vulgaire.

Outre le chef de l’Etat allemand, les présidents hongrois, Janos Ader, polonais, Bronislaw Komorowski, et slovaque, Andrej Kiska, ont pris part à cette manifestation, qui s’inscrivait dans le cadre des cérémonies du 25e anniversaire de la «Révolution de velours» ayant entraîné la chute du communisme dans l’ex-Tchécoslovaquie.

Le 17 novembre 1989, soit une semaine après la chute du mur de Berlin, la répression brutale par la police communiste d’une manifestation d’étudiants dans le centre de Prague avait donné lieu à des protestations massives de Tchèques et de Slovaques, qui ont entraîné la chute du régime totalitaire à Prague. Une vingtaine de manifestations étaient annoncées pour ce lundi à Prague dont plusieurs contre le président tchèque Milos Zeman, très controversé depuis son élection au suffrage universel direct, début 2013.

Source : Le Parisien.fr

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz