Renonciation : Le pape émérite Benoît XVI explique

Le pape émérite Benoit XVI et le pape François, en 2014 à Rome. | ©ALESSIA GIULIANI/CPP/
Le pape émérite Benoit XVI et le pape François, en 2014 à Rome. | ©ALESSIA GIULIANI/CPP/

Dans un entretien accordé, mercredi 24 août, au quotidien italien La Repubblica, le pape émérite Benoît XVI revient sur les raisons qui l’ont poussé à renoncer au siège de Saint-Pierre en février 2013 et sur ses relations avec le pape François.

« Trop fatigué, je suis donc parti du ministère pétrinien. » Dans un entretien accordé au journaliste Elio Guerriero du quotidien italien La Repubblica, mercredi 24 août, c’est en ces termes que Benoît XVI est revenu sur les raisons de son renoncement à la charge pontificale en février 2013.

« En 2013, il y avait de nombreux engagements que je ne pensais plus être en mesure d’accomplir », confie le pape émérite. En 2013, soit près de huit ans après son élection, les Journées mondiales de la jeunesse devaient avoir lieu à Rio de Janeiro au Brésil. Alors que sa présence était inévitable, Benoît XVI explique qu’il « ne se sentait plus capable d’accomplir un voyage aussi fatigant ».

Un problème de décalage horaire

La même année, le pape avait déjà effectué deux voyages sur le continent américain, l’un au Mexique et l’autre à Cuba, où il avait pu « expérimenter les limites de [sa] résistance physique ». « Je me suis rendu compte que je n’étais plus capable d’affronter ce nouveau vol transocéanique principalement en raison du décalage horaire », explique-t-il.

« Il était devenu clair que je ne pouvais pas prendre part aux JMJ. Alors dans un temps relativement bref, j’ai dû décider de la date de ma retraite », continue-t-il dans les colonnes du quotidien.

Son renoncement a été annoncé le 11 février 2013. Depuis Benoît XVI, aujourd’hui âgé de 89 ans, vit dans le monastère Mater Ecclesiae, situé dans les jardins du Vatican.

Une amitié profonde entre Benoît XVI et François

Interrogé sur le pape François, Benoît s’est d’abord réjoui de sa nomination : « Après deux souverains pontifes originaires d’Europe centrale, le Seigneur a voulu montrer que le regard de l’Église était universel et a invité à une communion plus étendue, plus catholique ».

Lire la suite à © LA CROIX >>

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz