Jésus Christ, un père de famille : Pourquoi l’Eglise n’y croit pas ? – 10/04/2015

La Cène (en italien : L'Ultima Cena, soit « le Dernier Repas ») de Léonard de Vinci | © Wikipedia
La Cène (en italien : L’Ultima Cena, soit « le Dernier Repas ») de Léonard de Vinci | © Wikipedia

Les nouvelles preuves scientifiques découvertes dans la tombe de Jésus laissent croire qu’il avait une vie de famille. Il est bien évident que l’église préfère ignorer cet aspect au profit des reliques et de l’enseignement de Jésus.

Si seulement les grands débats entre la religion et le doute pouvaient-être réglés par des preuves scientifiques. Une révélation cette semaine, relate que des preuves solides ont émergé à propos du Jésus historique: il a été rapporté que la “tombe de Jésus“ contient des preuves que Jésus était marié, avait un fils et n’a jamais ressuscité.

C’est donc réglé. Ou du moins, cela le serait si les savants acceptaient unanimement ces affirmations (ce qui semble improbable) ou si les croyances religieuses étaient fondées sur des preuves scientifiques. Si c’était le cas, toutes les croyances religieuses auraient disparu quand Charles Lylell a découvert la nature des processus géologiques et laissa entendre l’âge réel de la Terre dans les années 1830 (les premières vraies preuves d’un monde naturel sans dieu).

La religion voit seulement les preuves qu’elle veut voir. Ceci est très apparent dans l’art occidental. Les peintures chrétiennes sont pleines de preuves supposées de la divinité du Christ. Son véritable visage est prétendument enregistré dans des peintures qui copient fidèlement son image étrangement bien préservée.

Le voile de Sainte Véronique

Longtemps avant que le linceul de Turin ne devint célèbre, le voile de Sainte Véronique remplissait la fonction de révéler sinistrement le “vrai“ visage du Christ. Selon une histoire largement reconnue, Véronique était dans la foule quand Jésus a porté sa croix au mont du Calvaire. Elle a essuyé le sang et la sueur de son visage avec son voile (il est connu sous le nom de sudarium, le Latin pour “tissu mouillé de sueur“) et ses traits du visage y ont laissé une empreinte miraculeuse, comme une photographie.

Mythiquement, le visage du Christ dans l’art (avec ses longs cheveux et sa barbe) est basé sur cette image mystérieuse. Le voile de Véronique apparaît dans de nombreuses peintures, en tant que preuve de la vraie apparence du Christ. Hans Memling a représenté Véronique brandissant son voile et révélant le visage du Christ. Une peinture médiévale anonyme dans la Galerie Nationale de Londres la montre similairement révélant le secret du voile.

Il y a bien d’autres représentations du voile de Sainte Véronique, non seulement dans l’art catholique mais aussi dans les icones russes orthodoxes. Cependant, personne ne croit plus en son existence. En fait, il a été discrédité en 1629, quand le Pape l’a déclaré comme factice.

Le voile était en réalité une légende médiévale. Le moyen-âge produisait des preuves physiques du Christ et des saints en abondance : chaque cathédrale avait ses doigts, têtes, bras ou éclats de la vraie croix sacrés. Une grande partie de l’art médiéval était fait pour glorifier les reliques. La spectaculaire architecture en vitraux de la Sainte-Chapelle à Paris, par exemple, fut créée pour abriter et vénérer les reliques de la Passion, incluant la couronne d’épines elle-même.

Le linceul de Turin une fausse relique

Peu de reliques ont résisté à l‘examen scientifique, mais l’âge moderne a produit son propre singulier élément de “preuve“ chrétien. Le visage fantomatique révélé par un négatif photographique du linceul de Turin en 1898 ont rendu cette relique soudainement convaincante à beaucoup d’yeux (une image véritablement inexplicable).

La datation au radiocarbone a révélé que c’est en réalité un faux médiéval (comme les reliques ont tendance à l’être) mais la qualité photographique du linceul en séduit encore certains.

La Chrétienté, donc, porte de l’intérêt aux preuves – tant qu’elles s’accordent avec les croyances pré-existantes. Les montagnes de preuves pour un univers qui fonctionne très bien sans aucune intervention divine sont aisément ignorées par quiconque qui veut croire en Dieu. Beaucoup de personnes préfèreraient croire au voile de Sainte Véronique qu’en un Jésus historique qui s’est marié et qui a eu un enfant.

Source : © The Guardian

Traduit de l’anglais par Camer Post

Lire aussi : Bombe au Vatican: Une Bible de 1500 ans confirme que Jésus Christ n’a pas été Crucifié

Poster un Commentaire

1 Commentaire sur "Jésus Christ, un père de famille : Pourquoi l’Eglise n’y croit pas ? – 10/04/2015"

Me notifier des
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Jean Jules Billé

Sa tombe? Alors qu’on dit qu’il est ressuscite et est monte au ciel??

wpDiscuz