RDC – Liberté d’informer : Le Redhac dénonce les menaces et intimidations d’un journaliste

Maximilienne Ngo Mbe, directrice exécutive du REDHAC | Crédit photo : © Hurinews
Maximilienne Ngo Mbe, directrice exécutive du REDHAC | Crédit photo : © Hurinews

Il s’appelle Gabriel Wamenya Mugala N’Samba, journaliste de la Radio Okapi et selon le Réseau des défenseurs des droits humains en Afrique centrale, basé à Douala (Cameroun), ce dernier est victime de menaces et atteintes à sa liberté d’expression. Tout est parti d’un reportage réalisé récemment par le concerné sur le décès du jeune homme Hobade Mbale, âgé de 22 ans le  21 juillet 2016 dans le quartier Himbi, Commune de Goma, souligne la source de CAMERPOST. Il laisse entendre que le citoyen Mbale revenait d’une fête de mariage accompagné de ses deux frères, lorsqu’ils sont tombés sur des policiers en patrouille, selon la famille de la victime. « Aussitôt, s’en est suivie la fouille et une vive discussion  entre les éléments de la patrouille et ces civils. Téléphones et argent leur ont été extorqués par la même occasion », écrit le Redhac qui soutient que des traces de tortures, des lésions béantes au niveau du dos ainsi que l’examen effectué par le médecin sur la victime avant sa mort ont mis en évidence la thèse d’une hémorragie interne.

On fait savoir que d’après la famille qui relate les faits, les policiers ont torturé leur fils, avant de le jeter devant la morgue de l’hôpital où il a trouvé la mort. « Contacté, le Colonel Van Kasongo avait promis qu’une enquête serait ouverte par ses services et si les faits étaient avérés, les responsables de cet acte devraient être poursuivis », reprend le Redhac qui affirme que c’est tous ces éléments qui étaient contenus dans le reportage du journaliste dès lors menacé.

Fort de cela, le réseau affirme que le processus de démocratisation est en recul sans la liberté d’informer ; demande aux autorités de prendre toutes les mesures nécessaires et urgentes pour assurer la sécurité physique et psychologique de Gabriel Wamenya Mugala, ainsi que celle des journalistes, des Défenseurs et autres activistes en RDC; dénonce avec fermeté toutes les méthodes d’intimidation et de menace à l’endroit du journaliste en question.

© CAMERPOST par Linda Mbiapa