RD Congo : L’opposant Bruno Tshibala nommé Premier Ministre

Le nouveau Premier ministre Bruno Tshibala, le 4 avril à Kinshasa. | Photo : © JUNIOR KANNAH / AFP
Le nouveau Premier ministre Bruno Tshibala, le 4 avril à Kinshasa. | Photo : © JUNIOR KANNAH / AFP

Le chef de l’Etat congolais, Joseph Kabila, a nommé vendredi Bruno Tshibala (opposition) au poste de Premier ministre, conformément à l’accord de sortie de crise conclu le 31 décembre dernier entre le pouvoir et l’opposition.

La crise politique résultait du maintien au pouvoir de Joseph Kabila à l’expiration, le 20 décembre, de son deuxième et dernier mandat alors que le pays n’était pas en mesure d’organiser de nouvelles élections.

Agé de 62 ans, le nouveau Premier ministre a été porte-parole du Rassemblement, un regroupement constitué autour du défunt leader Etienne Tshisekedi, avant d’en être exclu lorsqu’il a contesté le leadership de Félix Tshisekedi, fils de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS).

On rappelle que le Premier ministre Samy Badibanga avait démissionné de ses fonctions jeudi, 24h après le discours sur l’état de la nation prononcé par le président de la République qui, devant le parlement réuni en Congrès, avait annoncé la nomination d’un nouveau Premier ministre dans les 48 heures.

La nomination de Tshibala à la Primature expose au grand jour les dissensions entre les composantes de l’opposition congolaise.

Dans un communiqué publié mercredi soir, l’aile du Rassemblement pilotée par Félix Tshisekedi et Pierre Lumbi faisait savoir «qu’il n’existe aucun problème» pouvant l’empêcher de présenter un candidat pour « sa nomination par le Président de la République conformément à l’accord» du 31 décembre.

Dans ce texte signé par Félix Tshisekedi, cette aile du Rassemblement prévenait cependant « qu’elle ne peut souscrire qu’à une démarche qui respecte l’esprit et la lettre de l’accord » du 31 décembre 2016.

Félix Tshisekedi considère que «la finalisation et la signature de l’arrangement particulier sont une urgence nationale pour rendre effective l’application de cet accord, tel que recommandé par ailleurs par la résolution 2348 du Conseil de sécurité des Nations unies du 31 mars 2017».

Pour Félix Tshisekedi et ses alliés, cet accord politique ne parle pas d’une « liste » des candidats premier ministre à présenter au président de la République mais bien d’un « premier ministre à présenter pour nomination ».

L’autre aile du Rassemblement dirigée par le duo Joseph Olengankoy et Bruno Tshibala a, de son côté, déposé auprès du président de la république une liste des cinq candidats pour le poste de Premier ministre dont Félix Tshisekedi.

© CAMERPOST avec © APA

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz