RCA : Les armées françaises, tchadiennes et équato-guinéenne accusées d’ abus sexuels sur mineurs – 08/05/2015

Une patrouille française en RCA | Illustration/DR
Une patrouille française en RCA | Illustration/DR

Accusation faite par les associations des droits de l’homme en Centrafrique et le REDHAC. Elles souhaitent que justice soit rendue aux victimes.

Abus sexuels sur mineurs sur le site des déplacés de l’aéroport M’Poko à Bangui.   L’accusation est des associations des droits de l’homme en République Centrafrique et le Réseau des défenseurs des droits de l’homme en Afrique centrale (Redhac). A en croire ses associations, le forfait aurait été commis par certains éléments des forces armées françaises/Sangari, tchadiennes et Equato-guinéennes en juillet 2014 ; pendant les instabilités politiques dans ce pays de l’Afrique centrale. Les nommés Edith Douzima, conseiller du Conseil d’Administration du REDHAC, Guy Dangavo, point focal du Redhac en RCA, Jean Jacques Mathamale, point focal délégué du Redhac en RCA et Carine Poutou Formelle, point focal déléguée du REDHAC en RCA, sont montés au créneau pour fustiger le silence des autorités des nations accusées.

Ils regrettent que depuis juillet 2014, « aucune poursuite judiciaire n’ait été engagée contre les auteurs incriminés ; rappellent à tous les Etats concernés que les forces armées déployées sur le territoire centrafricain avaient pour mission primordiale de protéger les populations en général et en particulier les enfants mineurs ; prennent acte de la réaction des autorités françaises quant à leur volonté de faire la lumière sur cette situation tout en exhortant les autorités tchadiennes et équato-guinéennes à afficher aussi leur volonté à rechercher la justice ; exigent l’ouverture d’une enquête sérieuse tant au niveau national qu’international afin d’établir les responsabilités des uns et des autres aux fins de traduire tous les auteurs devant la justice ; exigent une réparation conséquente et immédiate à toutes les familles et aux enfants mineurs ; et mettent en garde contre toute tentative d’intimidations pour étouffer cette affaire ».

Par la même occasion, le Redhac et ses membres en RCA rappellent que la Charte Africaine des Droits et du Bien-être de l’Enfant en son Article 22 intitulé « CONFLITS ARMES » stipule que : « (Al.1) Les Etats s’engagent à respecter et à faire respecter les règles du Droit International Humanitaire applicables en cas de conflits armés qui affectent particulièrement les enfants ». Et en son « Al.3 : Les Etats doivent, conformément aux obligations qui leur incombent en vertu du Droit International Humanitaire, protéger la population civile en cas de conflit armé et prendre toutes les mesures possibles pour assurer la protection et le soin des enfants qui sont par un conflit armé. Ces dispositions s’appliquent aussi aux enfants dans les situations de conflits armés internes, de tensions ou de troubles civils. » Espérant qu’une solution sera trouvée à cette situation.

© CamerPost – Frank William BATCHOU

Poster un Commentaire

1 Commentaire sur "RCA : Les armées françaises, tchadiennes et équato-guinéenne accusées d’ abus sexuels sur mineurs – 08/05/2015"

Me notifier des
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
carolineredbrook
Quand est-ce-que les victimes du pedophile presume, Sylvain Kustyan, auront leur justice? Les pédophiles accusés comme ces soldats et comme Sylvain Kustyan doivent être appréhendés avant qu’ils aient décennies à molester sexeullement nos enfants. Mais malheureusement, Sylvain Kustyan, qui a été formellement accusé de deux chefs de la Sodomie du premiere degre d’un petit garçon de seulement dix ans, se enfuit pour éviter l’arrestation imminente. Kustyan, anciennement de Tuscaloosa, en Alabama et Hermin / Mazingarbe, France, ou etait professeur du College Blaise Pascal, est maintenant un fugitif de la loi. Les victimes de la maltraitance sexuelle des enfants souffrent souvent… Read more »
wpDiscuz