Présidentielle zambienne : réprobation autour de la candidature de la veuve de Sata – 20/11/2014

Le président zambien, Michael Sata et la première dame Christine Kaseba Sata. Photo d'archives
Le président zambien, Michael Sata et la première dame Christine Kaseba Sata. Photo d’archives

La décision prise par la veuve de feu le président Michael Sata de se présenter à l’élection présidentielle pour remplacer son défunt mari a suscité la condamnation de divers secteurs de la société qui estiment qu’après la mort de l’ancien dirigeant zambien, il est trop tôt pour sa femme en deuil de se lancer dans la politique.

Christine Kaseba Sata, médecin très respectée, a déposé sa candidature mercredi pour représenter à la présidentielle prochaine le Front Patriotique (PF), parti que son défunt mari a fondé et en a fait le plus grand parti politique de la Zambie.

Le PF est cependant secoué par une âpre bataille de succession, avec deux factions naissantes, une appelant à la désignation d’un successeur et une autre exigeant que les membres élisent en assemblée générale le remplaçant de Sata.

Kaseba a expliqué avoir répondu à l’appel de groupes de femmes et d’autres entités qui lui ont demandé d’intervenir et de sauver le PF de la désintégration en proposant sa ‘’candidature’ afin de suivre les rêves et les aspirations de son défunt mari.

Elle a affirmé qu’au cours des dernières semaines depuis la mort de Sata, elle a assisté avec désolation à une grande querelle au sein du parti pour la succession de Sata et la façon d’y parvenir.

Sa vraisemblable bonne intention lui a toutefois valu la condamnation d’une grande partie de la population qui l’accuse d’être une assoiffée de pouvoir et d’avoir ‘’versé des larmes de crocodile” lors des funérailles de Sata.

A l’occasion, Kaseba était apparue inconsolable, donnant l’impression d’avoir le cœur brisé.

© CamerPost avec © APA

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz