Politique – RCA: Catherine Samba Panza succède à Djotodia à la présidence de transition en République centrafricaine

Jusqu’ici maire de Bangui, la capitale centrafricaine, Cathérine Samba Panza vient d’être élue comme présidente de la transition en République centrafricaine, en remplacement de Michel Dojotodia, poussé à la démission lors du dernier sommet de la CEEAC à Ndjamena, au Tchad. La nouvelle présidente de la transition centrafricaine a aussitôt prêté serment.

Selon les informations de l’agence Ecofin, Catherine Samba Panza a emporté le vote du Conseil national de transition (CNT), le parlement provisoire de ce pays, devant Désiré Kolingba, au terme d’un second tour. Score : 75 voix contre 53, sur un total de 128 votants.

La maire de Bangui, qui a su se tenir à l’écart des luttes de clan, faisait figure de favorite.

La session extraordinaire du CNT de ce 20 janvier 2014, qui clos ainsi une semaine marathon pour trouver le successeur de Djotodia, a débuté en matinée, apprend-on, par l’audition des huit candidats pressentis pour gérer la transition en RCA, lesquels ont, devant les parlementaires, exposé à tour de rôle leurs ambitions pour la République centrafricaine, pays au bord de l’implosion depuis plusieurs semaines.

Catherine Samba Panza
Catherine Samba Panza

Catherine Samba-Panza s’est engagée contre la corruption dans un pays où la faiblesse de l’Etat central encourage ces pratiques. Après des études de droit en France, cette femme d’affaires était revenue dans son pays pour monter une société de courtage en assurance.

Elle a également pris le parti des femmes, déclarant au journal français La Croix s’être «toujours battue pour la participation des femmes à des postes de direction».

Catherine Samba-Panza avait pris les fonctions de maire de Bangui en juin 2013. Elle avait trouvé la ville «en état de délabrement total, avec des besoins importants en termes d’eau, d’assainissement, de santé, d’éducation ».

Au mois de décembre 2013, elle avait salué l’intervention française en Centrafrique, lors de son déplacement à Tourcoing, dans le nord du pays.

A Bruxelles, les ministres européens des Affaires étrangères ont approuvé peu avant l’annonce de l’élection de la nouvelle présidente de transition le lancement d’une opération militaire de l’Union européenne (UE) en Centrafrique, en appui aux forces africaine et française, avec des soldats qui seraient chargés d’aider à la sécurisation de Bangui.

Toujours à Bruxelles, les pays donateurs se sont engagés à débloquer près de 500 millions de dollars pour la Centrafrique en 2014, selon l’UE et l’ONU.

Avec Agence Ecofin

Vous aimez ? Partagez !