Point de vue – Politique: L’alternance au sommet de l’Etat…

Se fera-t-elle par la force des urnes ou la forces des cieux ? Ce jeune acteur de la société civile camerounaise nous en édifie.
*Le contenu de cette note engage entièrement son auteur.

Edmond_François_N

Orienter une réflexion sur l’avenir politique au Cameroun participe non pas d’un utopisme vendrediste ou d’une quelconque défection à l’endroit des lois camerounaises ; mais d’un choix assurable et assumé de sacrifier au futurisme responsable, cette école qui doit s’imposer par la force de la réalité aux camerounais aujourd’hui plus que jamais. L’adage ne dit-il pas que Gouverner c’est prévoir ? l’alternance se fera au Cameroun par la force des urnes ou la force des cieux. C’est une évidence et celle-ci est inévitable. Ce n’est qu’une question de temps. Temps au minuscule car le Chef de l’Etat se fait vieux, le Renouveau présente tous les symptômes d’un régime à bout de souffle, et ceci depuis longtemps. Par ailleurs, l’armée et la magistrature un jour réclamerons encore plus de largesse, ce sont là les scénarios possible de l’alternance au Cameroun : Par les urnes, par les armes ou par mort. Préférant les urnes pour arbitrer l’alternance au Cameroun, les chances des vrais camerounais épris de paix véritables sont minces car rien ne laisse croire que le Président Biya se fera battre aux élections aux Cameroun. Et ce même rien anile une renonciation par ce même président à se présenter à une échéance présidentielle puisqu’il obéit à l’appel du peuple.

Il est urgent de PENSER l’après Biya puisqu’il en aura un forcément un jour. Si j’étais un Homme politique, c’est le choix le plus raisonnable à mon sens. Biya est indélogeable d’Etoudi, miser à être le premier des second est tactiquement et politiquement très rentable au Cameroun actuellement. Par ailleurs le sens de cette cuisine interne n’est autre que celui de donner à la prochaine alternance au sommet de l’Etat une hauteur digne des attentes du peuple camerounais. Il vaut mieux économiser les arguments pour combattre le RDPC car invraisemblablement, c’est la mort du Chef de l’Etat qui pourra le faire partir d’Etoudi. Même par respect pour les vieillards, les camerounais ne seraient pas prêt à admettre que l’on bousculât le président Biya à son âge. C’est une explication de son soutient par les populations.

Les choses paraissent très simplistes lorsqu’on en parle, d’alternance mais il est imminent important de le faire, d’en parler, de le désacraliser pour bien des raisons dont le plus simple est peut être que jusqu’ici, les camerounais ont été habitués à des systèmes politiques très extrémistes. L’Histoire dit chaque jour que le régime d’Ahidjo était très dur. Soit ! Pour nous, enfants de la génération 1980, c’est la faiblesse du régime du Renouveau qui a fait passer les choses d’une extrémité à une autre en allant du fer au roseau. Le Renouveau est trop mou, très opaque, distrait des préoccupations de la grande majorité des camerounais qui souffrent de pauvreté et des abus que ce régime a presque institutionnalisé. Un laisser-aller administratif a pris des proportions gravissimes et s’en est suivi le malaise socio-politico-économico-culturel que vit le Cameroun actuellement.

Certains camerounais comme moi ont la naïveté de croire que nous avons rendez-vous avec l’Histoire et que les choses vont se négocier dès la fin de service volontaire ou naturelle du président Biya. Lui est arrivé avec le Renouveau dont les élans étaient la Rigueur et la Moralisation. A la lecture de Pour le libéralisme Communautaire…personne ne peut dénier à ce régime de belles idées au départ. Un peu trop belles d’ailleurs. Les camerounais y ont cru, tous ont alors apporté leur soutien au NOUVEAU chef de l’Etat. Et donc, en admettant que 31 années n’ont pas encore suffit à implémenter cette société camerounaise chère à l’auteur de ce morceau d’histoire qu’est Pour le libéralisme Communautaire, laissons-lui livrer son combat jusqu’à la lire… l’histoire jugera.

Les jeunes de ma génération ne mesurent pas de la même façon l’importance du changement au sommet des structures publiques ou de l’Etat. Cela est simplement dû au fait que cette pratique s’est régulièrement couverte de la désaffection populaire et d’une surtaxation politico –médiatique par les Hommes de pouvoir. Pour répondre aux professeurs de savoirs qui pullulent au sein du RDPC, les Etats les plus opaques qui soient s’ouvrent à l’alternance au sommet de l’Etat, pratique qui tend plus que jamais à s’universaliser. Les cas de la Corée, de la Chine, la Russie,le Vatican, la Côte d’Ivoire et plus récemment au Mali ou Madagascar,…en disent long.Je vois les plus immobiles penser haut en assimilant le Cameroun à ces Etats ou en lui fabriquant les similitudes grégaires. Alterner une chose par elle-même est une trompe œil que seul ceux qui ont la bouche pleine peuvent considérer comme vraie. Les Hommes s’en vont, les systèmes se maintiennent ou changent, l’alternance est un gage d’appréciation d’une démocratie tout aussi importante que le respect des droits élémentaires de l’Homme ou la bonne gestion des ressources publiques. Quel africain n’admire pas (politiquement) un Mandela, un Diouf ou un Alpha Omar Konaré… ?

C’est une véritable coalition des forces qui doit se mettre sur pied au sein des partis politiques pour gagner en espace et en sympathie chez les camerounais. Les prises de positions, les conférences, publications et autres arsenaux de la communication doivent être activés pour par les partis politiques. Certains Hommes politiques ont déjà compris cet enjeu et travaillent à cet effet. Mais le vide politique des années 1955 risque se reproduire au Cameroun si des forces très puissantes ne se mettent pas en marche pour définir les grands points de l’après Biya. Si tant est que la praxis politique de l’Homme par qui le changement est arrivé est faite de surprise et de contrecoups, je veux croire que les Hommes qui font le pouvoir travaillent pour offrir aux Camerounais un autre Cameroun : est-ce donc trop demander ?

NGAGOUM Edmond François
edmondfrancis2000@yahoo.fr

 

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz