Peine de mort : Amnesty International constate une baisse des exécutions en Afrique subsaharienne – 01/04/2015

Une nette amélioration de la non application de la peine de mort a été notée en Afrique subsaharienne où il y a eu l’année dernière 46 exécutions dans trois pays contre 64 exécutions enregistrées dans cinq pays en 2013, soit une baisse de 28 %, révèle Amnesty international dans un communiqué reçu mercredi à Kampapla.

Selon l’organisation mondiale de défense des droits de l’homme, seuls trois pays (la Guinée équatoriale, la Somalie et le Soudan) ‘’ont procédé à des exécutions de peines de mort” en 2014.

Le Madagascar a fait un pas significatif vers l’abolition de l’exécution de la peine de mort lorsque l’Assemblée nationale du pays a adopté dans ce sens un projet de loi, le 10 décembre dernier.

Toutefois, le projet de loi doit être signé par le président de la République avant de devenir une loi.

Toujours selon Amnesty, il y a eu une augmentation incroyable du nombre de condamnations à mort enregistrées en 2014 par rapport à l’année précédente, ‘’au moins 2466 de peines de mort par rapport à 1925 en 2013, soit une hausse de plus d’un quart”.

Cette augmentation est largement due à la situation au Nigeria et en Egypte où des centaines de personnes ont été condamnées à mort, a expliqué l’organisation de défense des droits de l’homme dans son communiqué.

Au Nigeria, 659 condamnations à mort ont été enregistrées en 2014, soit une hausse de plus de 500 condamnations par rapport à 141 enregistrées en 2013. Les tribunaux militaires ont prononcé des peines de mort de masse contre quelque 70 soldats au cours de l’année dans des procès séparés. Les accusés ont été reconnus coupables de mutinerie dans le contexte du conflit armé avec Boko Haram.

En Egypte, les tribunaux ont prononcé au moins 509 condamnations à mort en 2014, soit 400 de plus que l’année précédente. Elles comprenaient également les condamnations à mort de masse contre 37 personnes en avril et 83 personnes en juin à l’issue de procès inéquitables de masse.

Par ailleurs, la Chine est à nouveau en tête du classement, enregistrant plus d’exécutions que le reste du monde réunis.

© CamerPost avec © APA