Biya à Hollande et à la presse: « Ne dure pas au pouvoir qui veut, mais dure qui peut » – 07/07/2015

Paul Biya à François Hollande et à la presse: « Ne dure pas au pouvoir qui veut, mais dure qui peut »
Paul Biya à François Hollande et à la presse: « Ne dure pas au pouvoir qui veut, mais dure qui peut »

C’est sans doute le principal temps fort qui aura marqué la conférence de presse conjointe qu’ont tenu les présidents français et camerounais dans la soirée du 03 juillet 2015 à l’occasion de la brève visite officielle de François Hollande au Cameroun après son séjour en Angola et au Bénin. Paul Biya a été interrogé par un journaliste de France 2 sur sa longévité au pouvoir. Silence total dans la salle alors que le journaliste avait à peine terminé la première phrase de sa question. « Vous êtes au pouvoir depuis 1982. Ce qui fait que vous êtes l’un des plus vieux présidents de la planète. Vous avez été élu plusieurs fois, vous avez fait plusieurs septennats. Effectivement, la constitution camerounaise ne limite pas le nombre de mandat. Il y aura une prochaine élection dans trois ans. Je voudrais savoir déjà dans quel état d’esprit vous êtes, est-ce que vous imaginez qu’un nouveau mandat serait le bienvenu ou est-ce que vous comptez plutôt passer la main et considérer qu’une retraite serait plutôt bien méritée ? Dans quel état d’esprit vous êtes aujourd’hui ? », questionne le journaliste français Gérard Grizbec.

Le président camerounais, serein, jette d’abord un coup d’œil sur son voisin Hollande, tend la main vers le journaliste qui l’a interrogé et le remercie pour sa question. Sa réponse va déchirer le silence de la salle et faire sourire bon nombre de journalistes camerounais. « Je commencerai par dire que ne dure pas au pouvoir qui veut, mais dure qui peut », lance Paul Biya tout en souriant sous le regard médusé de François Hollande qui, bientôt, affrontera probablement des candidats comme Nicolas Sarkozy ou Alain Juppé, Marine le Pen et bien d’autres pour défendre le bilan de son premier quinquennat à l’occasion de la présidentielle de 2017.

Le sourire de Paul Biya qui accompagne cette déclaration entraîne une vague de sourires et de murmures dans la salle, notamment auprès de ses proches collaborateurs assis en première ligne dans la grande salle de presse du palais d’Etoudi à Yaoundé. On peut y apercevoir en bonne place son directeur du Cabinet civil, Martin Belinga Eboutou, le secrétaire général à la Présidence de la République, Ferdinand Ngoh Ngoh ou encore le ministre chargé de missions à la Présidence de la République et secrétaire permanent du Conseil national de la sécurité, Paul Atanga Nji. Leur visage qui se crispait peu à peu au fil de la question du journaliste français se décrispe et ils peuvent dès lors écouter avec attention et intérêt la suite de la réponse présidentielle. « Je ferais une deuxième observation, c’est que je ne suis pas à la tête de l’Etat par la force. Je n’ai pas acquis le pouvoir de manière dictatoriale. J’ai toujours été élu par le peuple. Et en ce moment, je suis en train de terminer un mandat qui m’a été donné par le peuple. Et d’ailleurs, il y avait d’autres candidats à cette élection. Je les ai gagnés», explique-t-il avec toute la gestuelle qu’on lui connaît.

C’est par une autre formule qu’il termine sa réponse : « (…) Les élections camerounaises de 2018 sont certaines, mais encore lointaines ». « Nous avons le temps de réfléchir, conclue-t-il, et le moment venu, les Camerounais, les amis français et tout le monde, sauront si je suis candidat ou si je prends ma retraite. »

Lors de cette conférence de presse, le président français s’est montré réceptif à l’ouverture des archives françaises sur la période la répression française au Cameroun après l’indépendance. « C’est vrai qu’il y a eu des épisodes extrêmement tourmentés et même tragiques. Puisque après l’indépendance, il y a eu des répressions dans la Sanaga-maritime et au pays bamiliké. Et comme je l’ai fait partout, nous sommes ouverts pour que les livres d’histoire puissent être ouverts et les archives aussi », a déclaré Hollande. Une première.

Espoir pour Lydienne Eyoum

Autre sujet ayant cristallisé les attentions, la réponse de Paul Biya à la question de Jeune Afrique sur le cas de l’avocate franco-camerounaise Lydienne Eyoum condamnée et incarcérée au Cameroun pour détournement des deniers publics. Le journaliste voulait savoir si Hollande a évoqué ce sujet avec son homologue et si Paul Biya pourrait accorder une grâce présidentielle à l’avocate. Brève réponse d’Hollande qui surprend quelque peu Paul Biya qui attendait peut-être plus de développement de la part de son homologue. « Dans les relations que nous avons établies avec le président Biya, nous parlons de tout. Donc, de tous les sujets. Y compris des questions qui touchent des personnes. C’est ce que nous avons fait. Ensuite, il y a des décisions qui appartiennent au président Biya, aux autorités camerounaises et à la justice camerounaise », déclare François Hollande. Et Paul Biya de prendre le relais en évoquant l’indépendance de la justice : « Je tiens d’abord à souligner que la justice au Cameroun est totalement indépendante. Même s’il arrivait à l’exécutif de vouloir l’influencer, l’exécutif ne réussirait pas. C’est dire que j’ai assisté comme tout le monde à la sortie du verdict concernant cette personne. Je tiens à dire qu’elle n’était pas une activiste politique hostile au gouvernement. Je n’avais donc aucune raison de lui en vouloir. D’ailleurs, beaucoup d’opposants vivent ici en liberté et débattent librement. Mais, il se trouve que nous avons fait de la lutte contre la corruption une priorité. Le cas que vous évoquez s’inscrit dans ce cadre. »

Le président Biya résume également l’affaire : « Je vais être bref. L’avocate en question avait été chargée de récupérer une somme de deux milliards (de francs Cfa, ndlr) auprès d’une banque pour la déposer au Trésor. Eh bien, au lieu de déposer les deux milliards, elle n’a déposé qu’un milliard. Et c’est là-dessus que les services l’ont poursuivi. La justice a suivi son cours. La Cour suprême a pris une décision. Je verrai ce que je pourrai faire si tel est le souhait de l’intéressée. Et si la constitution me donne les moyens de faire quelque chose, c’est de bon cœur que je le ferais le moment venu. » Le président Hollande va rebondir à la suite de cette réponse favorable du président Biya. « Je voudrais juste également souligner que la famille de maître Eyoum m’a saisi et que j’en ai fait part au président », déclare François Hollande.

A noter qu’au cours de la visite d’Hollande au Cameroun, quatre conventions de financement de projets de développement d’un montant de 76 milliards de F.Cfa ont été signées. Ces conventions ont été paraphées pour la partie camerounaise, par le ministre de l’Economie, de la Programmation et de l’Aménagement du territoire, Emmanuel Nganou Djoumessi et pour la partie française, par le ministre des Finances et des Comptes publics, Michel Sapin, assistée de la directrice générale de l’AFD, Anne Paugam.

Source : © Investir Au Cameroun

Par Beaugas-Orain Djoyum

 

Extraits de quelques déclarations lors de la conférence de presse Biya-Hollande

Déclarations de François Hollande

Sur la prépondérance des entreprises françaises dans les projets C2D exécutés au Cameroun.

« Vous m’avez interrogé sur la place des entreprises françaises et camerounaises dans le C2D. Nous ne pouvons voir que des avantages à ce partenariat. Parce qu’il ne peut pas avoir d’implantations longues d’entreprises françaises s’il n’y a pas des alliances qui sont nouées avec des entreprises camerounaises. Nous ne voulons pas faire à la place des entreprises camerounaises, mais nous voulons le faire avec les entreprises camerounaises. Dans le C2D, l’AFD est présente ici, nous ne faisons pas de liens avec des entreprises nationales. Il se trouve que lorsqu’il y a des appels d’offres, il y a également des entreprises françaises qui sont choisies. Si elles sont choisies, c’est pour leur qualité, c’est pour leur compétence, c’est pour leur savoir-faire. »

« Il y avait presque 15 ans qu’un président de la République française n’était pas venu en visite officielle dans votre pays Monsieur le président. Je tenais à y venir aussi parce qu’il y a des liens humains qui unissent nos deux pays. Certains de ces liens plongent loin dans notre histoire. Ils peuvent être douloureux et la France regarde toujours avec lucidité son passé pour mieux préparer l’avenir et c’est ce que nous avons fait. »

Sur Boko Haram

« Nous avons il y a un an, voulu qu’il y ait une coordination plus forte de nos actions. Et je dois dire que le bilan que nous pouvons en faire est encourageant. Nous avons une structure de partage de renseignements, nous avons une cellule de liaison au niveau militaire, l’aviation française réalise très régulièrement des survols des zones où Boko Haram sévit. Et nous pouvons ainsi fournir aux armées du Cameroun, du Tchad, du Niger, du Nigeria, des images qui sont attendues. Et j’ai d’ailleurs dit au président Biya que nous allons encore amplifier cette coopération, notamment pour fournir les images, pour former les militaires et également pour mieux coordonner nos actions. »

« J’ai également pris conscience, et je voudrais que la communauté internationale en soit elle-même pleinement informée, du nombre de réfugiés qui sont ici au Cameroun, reçus et accueillis. Je remercie la population camerounaise pour sa générosité et sa solidarité. Ce sont des dizaines de milliers de personnes qui ont fui, généralement du Nigeria, et qui sont venus au Cameroun. Ce sont aussi des Camerounais qui sont obligés de se déplacer et qui affluent dans des villes pour ne pas se mettre en danger. Il est donc nécessaire qu’il puisse y avoir une aide de la communauté internationale. »

« Nous avons aussi évoqué la Centrafrique, parce que lorsque la France, là encore, a décidé d’intervenir en Centrafrique, pour prévenir des massacres, pour empêcher le pire, nous avons été accompagnés, d’abord par les organisations régionales, par les Nations-Unies, par l’Europe, mais rien n’aurait été possible si les pays voisins, notamment le Cameroun, ne nous avaient pas soutenus à la fois politiquement, mais également militairement. »

Sur le troisième C2D et sur la démocratie

« Sur le plan du développement, nous avons travaillé à la conclusion d’un troisième contrat de désendettement et de développement (C2D), qui va être encore plus abondé que le précédent et qui va permettre de nourrir un certain nombre de projets et de faire en sorte que ce que nous avons signé aujourd’hui puisse se traduire »

« Nous sommes conscients qu’il ne peut pas y avoir de développement sans sécurité. Il ne peut pas non plus y avoir de développement sans démocratie. Et donc nous sommes attentifs à tous les efforts qui peuvent être faits pour que le pluralisme puisse avoir toute sa place. La commission électorale a été constituée, les institutions maintenant sont en place et la lutte contre la corruption doit être menée partout. Partout je dis bien, pour que nous puissions être sûrs que nous allons toujours vers les choix de développement. »

« Nous sommes également attentifs à la liberté d’expression et aux droits de l’Homme. Je sais que sur le plan de la justice, nous avons une coopération avec la justice camerounaise. Les justices française et camerounaise qui doivent être des justices indépendantes. Je remercie le président Biya pour l’appui qu’il nous confirme par rapport à l’enjeu de la conférence sur le climat. Et ça c’est très important. »

« Ici au Cameroun vous êtres l’Afrique et vous êtes finalement le symbole de l’Afrique : Afrique francophone, Afrique anglophone, Afrique avec toutes les religions qui sont ici présentes, une Afrique qui permet aussi de vivre en paix, ou qui doit permettre de vivre en paix. »

« … L’Afrique est un continent qui émet le moins de CO2, le moins de gaz à effet de serre. En même temps, l’Afrique est un sans doute un des continents les plus touchés par le réchauffement climatique. Alors, l’Afrique appuie la France. La France est consciente de l’enjeu pour l’Afrique de cette conférence, qui doit également être un cycle de croissance. »

« Je ne viens pas ici pour chercher simplement des contrats pour les entreprises. Des entreprises m’ont accompagné tout au long de ce déplacement. Je viens aussi pour que la France soit au rendez-vous, toujours au rendez-vous. La France, elle ne veut rien imposer. La France, elle vient en solidarité avec l’Afrique. La France sait qu’elle est attendue en Afrique. Non pas pour décider à la place des Africains, mais pour porter les principes d’un développement dont l’Afrique peut être le continent bénéficiaire. »

Déclarations de Paul Biya

Sur Boko Haram

« … La lutte contre Boko Haram a figuré en bonne place dans nos entretiens. Les récents attentats meurtriers qui ont frappé le Nigeria et le Tchad s’inscrivent dans la longue liste des atrocités de ce groupe terroriste. Celui-ci n’a cessé ces derniers mois de semer la mort et la destruction au Nigeria, au Niger, au Tchad et au Cameroun. La nécessité d’une conjonction des efforts des pays concernés et de la communauté internationale pour mettre un terme à cette folie meurtrière, n’a jamais été aussi forte. Face aux attaques de cette secte barbare, le Cameroun n’a pas fléchi. »

« J’ai exprimé au président Hollande toute notre gratitude pour l’appui que nous a apporté et continue à nous apporter la France dans cette lutte (contre Boko Haram, Ndlr). J’en profite pour remercier bien sincèrement les autres pays et organisations internationales qui nous apportent également leur soutien. Cet appui nous est d’autant plus précieux que nous avons à faire face dans le contexte de cette crise, à des défis multiples. Sécuritaire d’abord, et aussi économique et humanitaire. »

Sur la démocratie et la gouvernance

« Au plan régional, j’ai réitéré au président Hollande l’appréciation du Cameroun pour les interventions salutaires de la France au Mali et en République centrafricaine. Elles ont permis d’enrayer la dégradation de la situation sécuritaire et de favoriser les conditions d’une reprise du dialogue entre les belligérants. Nous avons par ailleurs évoqué évidemment la situation politique au Cameroun. J’ai eu à cet égard l’occasion d’entretenir le président Hollande sur les progrès enregistrés dans le processus de consolidation de notre démocratie. Notamment la poursuite de la mise en place des institutions prévues par la Constitution, l’organisation régulière des élections, la promotion des droits de l’Homme et des libertés, etc. »

« Je lui ai également fait part de notre détermination à poursuivre nos efforts dans les domaines de la gouvernance, la lutte contre les atteintes à la fortune publique, de la réduction des lenteurs dans l’administration de la justice, l’amélioration du climat des affaires. Nous avons réaffirmé notre attachement mutuel à la liberté d’expression. Ce qui est palpable au Cameroun avec le foisonnement et la pugnacité des publications. Des efforts vont cependant être faits, y compris par les journalistes eux-mêmes pour en limiter les dérives. »

« Le président Hollande et moi avons évoqué la question des migrations et des drames humains qui les accompagnent ces derniers temps. Il s’agit d’un problème complexe et les réponses à y apporter ne sont pas toujours simples. La communauté internationale doit certainement continuer à explorer les voies et moyens d’offrir plus de perspectives aux migrants ou à ceux qui aspirent à le devenir. »

« La prochaine conférence des Nations unies sur les changements climatiques que la France s’apprête à abriter, a également été évoquée. Je me suis félicité du leadership du président Hollande sur ces questions essentielles. Le Cameroun entend prendre sa part dans ce combat pour la préservation de notre planète. »