NOTE DE LECTURE : Le diagnostic du continent africain dressé sans complaisance par ses fils

« L’Afrique dans un monde en mutation : Dynamiques internes ; marginalisation internationale ? ». Tel est le titre de  l’une des productions de la maison d’édition ”afrédit”. Un ouvrage collectif qui a vue la participation d’une douzaine d’universitaires et chercheurs  sous la direction du professeur Maurice KAMTO.

afrique_dans_un_monde_en_mutation

Un travail présenté comme le jeu croisé de plusieurs éclairages pour montrer l’ampleur du drame d’un continent qui essaie de faire sa mue politique sur un socle économique qui se dérobe.

Lorsqu’une douzaine d’universitaires et chercheurs dans des domaines divers croisent leurs plumes, le résultat est, on ne peut plus riche. C’est du moins le constat que l’on fait en lisant l’ouvrage de 353 pages, structuré en deux grandes parties. La première intitulée ”l’Afrique en marche” est subdivisée en 5 chapitres. Fabien Eboussi Boulaga, Achille Mbembe, Alain Olinga ou encore Jean François Médard présentent les mutations imposées à  l’Afrique sur le double plan économique et démocratique, sans occulter les influences externes notamment celles des pays dits développés. Une marche de l’Afrique ralentie selon les auteurs,  par le système actuel d’aide au développement dont la face cachée n’est pas toujours en faveur des intérêts du continent noir. « L’économie africaine ne pourra pas  réellement décoller si nos produits ne sont pas transformés sur place ce qui implique la création d’usines adaptées d’où le nécessaire transfert de technologies et cela ne se fera pas sans sacrifices » C’est l’avis du professeur Jean-Emmanuel Pondi l’un des auteurs. Sur le Plan structurel et par ricochet démocratique, Maurice Kamto quant à lui estime que : « l’Etat africain issu de la colonisation est gestionnaire et inachevé dans sa construction et bien souvent incapable d’assurer même jusqu’à certaines fonctions régaliennes…d’un côté, il se maintient à la faveur des alliances hégémoniques… par une personnalisation du pouvoir poussée aux frontières de la sacralisation » d’où la nécessité d’une réforme comme le préconise Achille Mbembe au chapitre III.

La deuxième partie du livre  a pour titre : l’Afrique en marge ? Une interrogation à laquelle les auteurs tentent d’apporter quelques éléments de réponse dans 7 chapitres. Une marginalisation qui se traduit entre autres par la faible implication du continent dans le commerce mondial, dont les principes fondamentaux protègent les plus ”forts”. Toute fois, le pétrole africain reste l’objet de toutes les attentions une situation qui explique l’activisme des Etats-Unis et de la Chine. Cette analyse porte la signature d’Alain Fogue Tedom au chapitre VIII.

« L’Afrique dans un monde en mutations : Dynamiques internes; marginalisation internationale ? » est rédigé dans un style soutenu. C’est une œuvre élitiste qui s’adresse à un public d’un niveau égal ou supérieure au BACC.

Hakim Abdelkader

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz