Nigéria : La présidence confirme la libération de 21 collégiennes de Chibok enlevées par Boko Haram

Archive. En tout, 276 jeunes filles avaient été enlevées le 14 avril 2014 par Boko Haram à Chibok dans le nord-est du Nigeria, berceau du groupe islamiste. Cinquante-sept d'entre elles ont réussi à s'échapper dans les heures et les jours qui ont suivi. | © AFP
Archive. En tout, 276 jeunes filles avaient été enlevées le 14 avril 2014 par Boko Haram à Chibok dans le nord-est du Nigeria, berceau du groupe islamiste. Cinquante-sept d’entre elles ont réussi à s’échapper dans les heures et les jours qui ont suivi. | © AFP

La présidence nigériane a confirmé ce jeudi, la libération de 21 jeunes filles sur les 270 collégiennes enlevées par des insurgés de Boko Haram le 14 avril 2014 au collège public des filles de Chibok, dans l’Etat de Borno

Alors que certaines d’entre elles avaient réussi à s’échapper, pas moins de 219 autres avaient été enlevées par des insurgés de Boko Haram. Leur enlèvement avait suscité l’indignation et la mobilisation du monde entier.

Le conseiller spécial des médias auprès du président nigérian, Malam Garba Shehu, a confirmé la libération des filles sur son compte twitter jeudi, déclarant que les jeunes filles sont actuellement sous la garde de la Direction des services de l’Etat (DSS.

Le site en ligne, Sharareporter avait annoncé plus tôt dans la journée la libération des collégiennes de Chibok.

Leur libération intervient alors que le président Muhammadu Buhari entame une visite de trois jours en Allemagne.

Le président Buhari, selon toujours Saharareporter, se rend en Allemagne pour discuter de l’aide en faveur de la reconstruction de la partie nord-est du Nigeria ravagée par Boko Haram.

Le ministre nigérian de l’information et de la Culture, Lai Mohammed a récemment expliqué que le gouvernement avait effectué trois missions diplomatiques pour faciliter au moins 50 des collégiennes.

Il a indiqué que le gouvernement était même disposé à échanger des prisonniers de la secte Boko Haram avec des collégiennes de Chibok, comme demandé par les dirigeants des insurgés de la secte islamiste.

Toutes les trois tentatives ont échoué parce que les insurgés ne se sont pas manifestés lors des rencontres pour l’échange de prisonniers.

Le groupe socioculturel de Chibok sur la plate-forme de l’Association de développement régional de Kibaku, a félicité la volonté du gouvernement fédéral de négocier pour obtenir la libération de collégiennes enlevées par Boko Haram.

© CAMERPOST avec © APA

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz