Nigeria – Lutte contre Boko Haram : 45 militants islamistes arrêtés et une attaque déjouée

Les services secrets ont appelé la population de Lagos à la plus grande vigilance. | © REUTERS/Akintunde Akinleye
Les services secrets ont appelé la population de Lagos à la plus grande vigilance. | © REUTERS/Akintunde Akinleye

Quarante-cinq militants présumés du groupe Etat islamique en Afrique de l’Ouest, autrement dit Boko haram, ont été arrêtés ce week-end à Lagos, la capitale économique du Nigeria. La police secrète les soupçonnait de préparer un attentat contre un complexe immobilier de luxe dans un des quartiers huppés de Lagos. Boko Haram qui sévit principalement dans le nord du pays et l’Etat de Borno, semble donc vouloir étendre ses activités au Sud.

La plus grande ville d’Afrique, Lagos avec ses 20 millions d’habitants, a-t-elle échappé à un attentat de Boko haram ? Le Department of State Services, autrement dit les services secrets nigérians, en est convaincu. Le DSS a fait arrêter le mois dernier une soixantaine de suspects avant d’en relâcher une quinzaine. Mais 45 personnes ont été présentées à un juge vendredi, affirme le DSS, qui a demandé que ces suspects soient placés en détention provisoire le temps de l’enquête.

Car selon les services secrets, ces hommes préparaient bel et bien une attaque contre le Dolphin Estate, un complexe immobilier de luxe dans le quartier huppé d’Ikoyi. Jusqu’à présent Boko Haram n’a réussi qu’un seul attentat dans la capitale économique du pays. C’était en juin dernier quand une voiture piégée avait explosé près d’un dépôt de carburant au port de Lagos, tuant quatre personnes.

Depuis, les services secrets ont alerté sur le fait que Boko Haram envisageait d’étendre ses actions au sud du pays et notamment à la ville de Lagos. Ce week-end, ils appelaient la population à la plus extrême vigilance, car Boko Haram réoriente désormais sa stratégie vers les attentats ciblés. Au nord, dans l’Etat de Borno, il ne se passe pas une semaine sans qu’un terroriste ne se fasse exploser aux portes d’une mosquée ou sur un marché.

Source : © RFI

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz