Nigeria : Boko Haram tue dix villageois lors d’une opération de représailles – 19/08/2014

Le groupe islamiste Boko Haram a tué dix Nigérians, qui tentaient de fuir leur village du nord-est pour échapper aux attaques répétées des islamistes. Ce drame survient en représailles d’une opération militaire menée par les militaires nigérians le 6 juillet dernier, selon des témoins.

Illustration. Des membres du groupe islamiste Boko Haram au Nigeria, ont tué dix personnes tentant de fuir leur village du nord-est, exposé aux attaques de la secte. | AFP
Illustration. Des membres du groupe islamiste Boko Haram au Nigeria, ont tué dix personnes tentant de fuir leur village du nord-est, exposé aux attaques de la secte. | AFP

Près d’une dizaine d’insurgés islamistes ont attaqué dimanche les villages de Durwa et Maforo, situés dans l’Etat de Borno, et tué les habitants venus de Krenuwa, un village voisin. Les victimes avaient fui Krenuwa où les islamistes avaient déjà tué sept personnes le 6 juillet et rasé des maisons, le commissariat et une base militaire.

«Ils sont arrivés sur des motos, ils ont regroupé les gens et ils ont choisi des gens originaires de Krenuwa qui étaient venus s’installer» après le raid de Boko Haram dans leur village, a raconté Usman Ari, un habitant de Durwa.

«Ils en ont abattu six et découpé quatre», toujours selon ce témoin qui, après l’attaque, s’est réfugié à Maiduguri, la capitale de l’Etat de Borno, proche des frontières du Tchad et du Cameroun. «Nous avons peur qu’ils ne reviennent, c’est pourquoi je suis parti», a expliqué un autre habitant de Durwa, Hassan Goni, lui aussi réfugié à Maiduguri.

Suite à l’attaque du 6 juillet, les militaires nigérians avaient mené une contre-offensive, tuant cinq membres de Boko Haram et en capturant cinq. Ces pertes au sein du groupe islamiste auraient motivé les représailles de dimanche.

L’Etat de Borno, principal bastion de Boko Haram, est l’un des trois Etats du nord-est du Nigeria, avec Yobe et Adamawa, qui a été placé en état d’urgence depuis mai 2013 par le président Goodluck Jonathan. Les milliers de soldats supplémentaires et les forces terrestres et aériennes n’ont pas réussi à arrêter les attaques islamistes dans les zones rurales.

Le groupe islamiste mène depuis 2009 une insurrection sanglante qui a fait des milliers de morts. Depuis le début de l’année, ses attaques sont quasiment quotidiennes.

Source : LeParisien.fr

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz