Nigeria : 100 lycéennes de Chibok refusent de quitter les membres de la secte Boko Haram

En tout, 276 jeunes filles avaient été enlevées le 14 avril 2014 par Boko Haram à Chibok dans le nord-est du Nigeria, berceau du groupe islamiste. Cinquante-sept d'entre elles ont réussi à s'échapper dans les heures et les jours qui ont suivi. | © AFP/Archive.
En tout, 276 jeunes filles avaient été enlevées le 14 avril 2014 par Boko Haram à Chibok dans le nord-est du Nigeria, berceau du groupe islamiste. Cinquante-sept d’entre elles ont réussi à s’échapper dans les heures et les jours qui ont suivi. | © AFP/Archive.

Après la libération de 21 écolières de Chibok, le gouvernement nigérian s’est fixé pour objectif de libérer 83 autres. Problème, plus de 100 parmi les filles kidnappées refusent catégoriquement de quitter les islamistes, selon le responsable du Chibok Development Association.

Pogu Bitrus a dit à l’Agence Associated Press que les filles seraient radicalisées par Boko Haram. Pis, elles ont été forcées à marier des ‘‘terroristes’‘, et ont ‘‘conçu des enfants avec eux’‘. Tout cela constitue la raison de leur rechignement à rentrer chez elles.

Il a par ailleurs suggéré que les 21 filles libérées, il y a une semaine, fassent leurs études à l‘étranger, car elles pourraient être stigmatisées.

Une douzaine de filles se sont échappées et une autre douzaine serait morte en captivité, a renchéri le leader communautaire.

Source : © AFRICA NEWS