Niger – Lutte contre Boko Haram : Evacuation de 25 000 personnes des îles du Lac Tchad – 08/05/2015

Le 27 janvier, sur la rive du lac Tchad dans le village de Nougboua. Les islamistes de Boko Haram ont pris d'assaut, dimanche 1er mars, une île située dans les eaux nigériennes du lac Tchad. CRÉDITS : AFP/SIA KAMBOU
Le 27 janvier, sur la rive du lac Tchad dans le village de Nougboua. Les islamistes de Boko Haram ont pris d’assaut, dimanche 1er mars, une île située dans les eaux nigériennes du lac Tchad. CRÉDITS : AFP/SIA KAMBOU

Cette mesure des autorités nigériennes vise à mettre à l’abri de nouvelles attaques de Boko Haram. Face à la menace de la secte terroriste Boko Haram dans la zone, les autorités du Niger ont décidé d’évacuer plusieurs îles nigériennes du lac Tchad de leurs populations. Le Bureau des affaires humanitaires de l’Organisation des Nations unies (OCHA) à Niamey parle de 25 000 personnes ayant débarqué dans les villes de Nguigmi et Bosso. Des sources concordantes parlent des populations vivant dans des conditions «dramatiques», sous l’effet des exactions des islamistes. «Ces gens sont-là sur un espace nu. Il n’y a pas de tente, pas d’abri, un soleil de plomb et des tempêtes de sable. On a vu des femmes et des enfants sans eau. La situation est dramatique», a indiqué une source onusienne. Les déplacés doivent se contenter de quelques distributions de céréales.

Des images diffusées mardi soir par la télévision publique nigérienne à l’occasion de la visite du Premier ministre Brigi Rafini à Nguigmi, montraient des déplacés, pour la plupart des femmes et des enfants, le visage couvert de poussière et l’air abattu. «Cinq personnes sont mortes de soif en route», a confié Hawa, une mère de deux enfants. Face à la menace des jihadistes, Brigi Rafini a fait savoir que le moindre mal serait de se déplacer vers la terre ferme et a promis «une assistance alimentaire et des médicaments aux déplacés ». Comme besoins, OCHA énumère des abris, de l’eau, de la nourriture et des articles non-alimentaires. En rappel, un assaut des combattants de Boko Haram survenu le 25 avril contre une position militaire nigérienne sur une île du lac Tchad a fait au moins 74 morts, dont 28 civils, et 32 disparus. Des pertes qualifiées comme étant les plus lourdes subies par le Niger depuis son entrée en guerre contre Boko Haram, en début février dernier.

Source : © Cameroon Tribune

Par Raoul Cheudjio

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz