Musique : Une ode d’amour à la femme

« Aleg Ndaghala ». Ce cri d’amour provient du 4e album de l’artiste camerounais Prince Perkos. Il a été présenté aux hommes de médias ce 17 septembre 2013 à Douala.

Prince_Perkos

Son silence a été long. Depuis « Darling » sorti en 2005, Prince Perkos n’a plus fait signe (musical) de vie. L’on se demandait déjà à quand son probable retour. Eh bien, il est là ! Huit ans après ; avec un nouvel album de neuf (9) titres intitulé « Aleg Ndaghala ». Une expression fétiche à l’artiste pour témoigner de son amour à une femme. « C’est une phrase très particulière que j’utilise pour séduire une femme. J’ai donc décidé de l’employer comme le titre de mon album. Vu sa force, l’album séduira aussi le public camerounais comme ce fut le cas avec l’album « Opération condor » sorti en 2003 », explique Prince Perkos.

« Aleg Ndaghala » est le 4e album de Prince Perkos. Il est disponible aujourd’hui au Cameroun après sa sortie en début d’année 2013 à Minnesota-City, sa ville de résidence aux Etats-Unis. Dans la continuité du précédent, cette autoproduction est une ode à la gent féminine et un hymne à l’amour dans le sens plein du terme. « Je les aime bien et elles savent si bien nous encadrer et nous donner ce que nous méritons. C’est une façon pour moi de leur rendre hommage comme dans la chanson « Swingez ». Je ne cesserai de chanter pour elles », clame-t-il heureux. Si dans « Aleg Ndaghala », le titre éponyme à l’album, l’artiste parle d’une femme qui soupçonne son mari d’infidélité, dans « Responsable », il décrie la cupidité de cette femme qui pousse son unique fille dans les bras des hommes pour de l’argent. C’est pourquoi, « je lui demande d’être responsable ». Il en ait de même dans « Les jeunes » camerounais à qui, Prince Perkos demande, en plus de la responsabilité, d’être respectueux vis-à-vis de leurs parents et de la société. Dans cet opus, il n’a guère omit de rendre un hommage bien mérité à son épouse qui l’aide à accomplir ses projets quotidiens et sa mère, décédée quelques temps seulement avant la sortie du disque.

Peaufiné dans les studios du Mexique et des Etats-Unis, « Aleg Ndaghala » sera présenté le 3 octobre 2013 aux mélomanes de la ville de Douala. Ce sera « New Deal » au quartier Akwa en compagnie de plusieurs de ses collègues parmi lesquels : Papa Zoé, Nar6 Pryze, Nar6 Pryze, Andy Ndoumbe, Njohreur, Afo Akom et Daka Moka. Il profitera de cette occasion pour dérouler aussi le répertoire de ses précédents albums tels que « Homme mafieux » en 2000, « Opération condor » en 2003 et « Darling » en 2005. Ce dernier album lui a valu le disque de meilleur artiste africain du Mexique et meilleur danseur africain d’Amérique latine. Très bonne écoute !

Frank William BATCHOU